Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

27ème dimanche du T.O.

Dimanche, 8 Octobre 2017

Il ressuscita le troisième jour de PIERRE GUILBERT

Le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus Christ, notre Seigneur. Dès cette terre, par la foi et le baptême, nous partageons déjà le sort du Christ, nous sommes déjà "en lui", selon la formule de saint Paul à laquelle il faut donner tout son sens. Ce n’est qu’un commencement, le gage de notre espérance, mais c’est déjà la réalité et le sens de ce que nous vivons. Paul parle d’incorporation au Christ : "Vous êtes le corps du Christ et vous êtes ses membres, chacun pour sa part". Chacun n’est le corps du Christ que pour une part, la sienne : expression de la vocation personnelle et irremplaçable que Dieu adresse à chacun. Seul le Christ - et en lui tous ses frères - est la totalité, le "plérome". La distinction demeure entre lui et nous : il n’existe jamais aucune confusion et la personne de chacun ne s’évanouit pas en celle du Christ. Chacun demeure lui-même en vérité. Il le demeure en cette existence, il le demeure en la vie éternelle, en la vie dans le Christ. Mais l’incorporation au Christ développe et mûrit chaque personne jusqu’aux limites de ses possibilités : en Christ, chaque homme prend sa pleine stature, délivré des horizons bornés de l’existence terrestre. L’intériorité, la communion avec Dieu exaltent l’homme, l’emportent au-delà de lui-même. Jésus ressuscité, glorifié, a repris sa place de Fils, au sein de Dieu, dans la Trinité. Il y est présent en tant que Fils éternel. Il y est aussi présent en tant qu’homme ressuscité. Son incarnation est définitive et son humanité est à sa place en la divinité.
Si l’homme, le disciple, est en la vie éternelle, là où est Jésus, il y est aussi en Dieu au cœur de Dieu. La vie éternelle est pour l’homme ressuscité cette vie au cœur de Dieu, au cœur de son mystère. Elle est une vie dans une corporéité transfigurée et glorifiée, à l’instar de l’humanité de Jésus, délivrée, libérée à tout jamais des contraintes et des limites terrestres.
Mais le mystère demeure. Comment l’homme ressuscité, avec cette corporéité nouvelle, peut-il hausser son expérience à un tel degré de communion et d’intériorité avec Dieu ? Nul ne peut ici-bas en rendre compte ni en donner une description satisfaisante. Ce qui est sûr, ce que dit la foi, c’est que "dès à présent nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous savons que lorsqu’il paraîtra, nous lui serons semblables, puisque nous le verrons tel qu’il est". Deux certitudes s’affirment : d’une part la merveille impossible à décrire et riche du mystère de Dieu qu’est la vie éternelle ; d’autre part la vérité de l’expérience humaine que la vie éternelle, loin d’abolir, accomplit parfaitement dans la continuité de la personne et de l’expérience, et dans la discontinuité des niveaux d’expérience et de matérialité. La vie éternelle est en lien étroit avec les expériences de la vie terrestre, mais elle les dépasse infiniment.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...