Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Saint Ignace d’Antioche

Mardi, 17 Octobre 2017

Sermon de SAINT BERNARD

Aujourd’hui, frères, nous sommes en fête, et quelle fête ! Ce n’est pas la fête de tel ou tel saint, et pourtant, c’est une fête, et une fête qui est loin d’être petite ! Si vous voulez l’entendre, c’est la fête de la maison du Seigneur, du temple de Dieu, de la cité du Roi éternel, de l’Épouse du Christ. Personne assurément ne conteste que sainte est l’Épouse du saint des saints, et parfaitement digne de l’honneur d’une célébration. Qui ne douterait qu’elle soit sainte, la maison de Dieu dont on lit : "La sainteté convient à ta maison" ? Et Jean atteste avoir vu la cité sainte : "J’ai vu, dit-il, la cité sainte, Jérusalem nouvelle, descendant du ciel de chez Dieu, belle comme une épouse parée pour son Époux".
Cherchons maintenant la maison de Dieu, cherchons le temple, cherchons la cité, cherchons aussi l’Épouse. Je ne l’ai pas oublié, mais je le dis avec crainte et respect : c’est nous ! C’est nous, dis-je, mais dans le cœur de Dieu ; c’est nous, parce qu’il nous en rend dignes, et non parce que nous en sommes dignes.
La maison du Seigneur est celle où ne manquent jamais les aliments de la vie. Mais rappelez-vous qu’il qualifie sa maison de "maison de prière", ce qui semble s’accorder au témoignage du prophète selon lequel, dans nos prières, mangeant le pain des larmes, nous devons aussi recevoir la boisson des pleurs. C’est ainsi que, selon le même prophète, comme nous l’avons dit plus haut, "la sainteté convient à cette maison", c’est-à-dire que la pureté de la continence doit accompagner les larmes de la pénitence, pour que ce qui est maintenant la maison de Dieu devienne aussi son temple : "Soyez saints, dit-il, parce que je suis saint, moi, le Seigneur votre Dieu".
Cependant cette sainteté de vie suffit-elle ? La paix aussi est nécessaire. L’Apôtre l’atteste : "Cherchez la paix et la sainteté sans lesquelles personne ne verra Dieu". C’est cette paix qui nous fait "habiter tous ensemble unanimes", édifiant pour notre Roi, le véritable Pacifique, la cité nouvelle qu’on appelle Jérusalem, c’est-à-dire "cité de paix". Là où serait assemblée une multitude sans lien de paix, sans obéir à une loi, sans discipline et sans l’autorité d’un chef, cela ne s’appellerait pas un peuple, mais une foule, ce ne serait pas une cité, mais une confusion, cela ressemblerait à Babylone, et non pas à Jérusalem !
Mais comment semblerait-il possible qu’un tel Roi devienne l’Époux, et que la cité soit promue au rang d’Épouse ? Seule le peut celle qui peut tout : "La charité est forte comme la mort". Comment ne pourrait-elle pas élever celle-ci, elle qui a déjà fait descendre celui-là ?
Aussi, frères, si par cet abondant repas qui refait nos forces, nous avons la preuve que nous sommes la maison du magnanime Père de famille, celle d’être le temple de Dieu par la sainteté, la cité du grand Roi par la communion de notre vie fraternelle, l’Épouse de l’Époux immortel par l’amour, je pense que l’on peut dire sans crainte que c’est aujourd’hui notre fête. Et ne vous étonnez pas que l’on fasse cette fête sur la terre, c’est la fête aussi dans les cieux. Car si, comme l’a dit la Vérité – et cela ne peut ne pas être vrai –, pour un pécheur qui fait pénitence, il y a joie dans le ciel, et même pour les anges de Dieu, il n’y a pas à douter qu’elle y déborde pour la pénitence de tant de pécheurs. Voulez-vous en entendre davantage ? "La joie du Seigneur est notre force". Soyons donc en fête avec les anges, réjouissons-nous avec Dieu et célébrons dans l’action de grâces la solennité présente, car elle doit nous être d’autant plus chère que c’est pour nous une fête de famille.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...