Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Vendredi 28ème semaine du T.O.

Vendredi, 20 Octobre 2017

Méditations sur l’Église d’Henri DE LUBAC

L’Église est le sacrement de Jésus-Christ. Cela veut dire encore, en d’autres termes, qu’elle est avec Lui dans un certain rapport d’identité mystique. Nous retrouvons ici les métaphores pauliniennes et les autres images de la Bible, que la Tradition chrétienne n’a cessé d’exploiter. La même intuition de la foi s’y exprime. Tête et membres ne font qu’un seul corps, un seul Christ. L’Époux et l’Épouse sont une seule chair. Chef de son Église, le Christ ne la gouverne pourtant pas du dehors : d’elle à Lui, il y a sujétion, dépendance, mais elle est en même temps son achèvement et sa plénitude.
Elle est encore le Tabernacle de sa Présence. Elle est l’Édifice dont Il est à la fois l’Architecte et la clé de voûte. Elle est le Temple où Il enseigne et où Il attire avec Lui toute la Divinité. Elle est ce Vaisseau dont il est le pilote, cette Arche aux larges flancs dont Il est le Mât central, assurant la communication avec le ciel de tous ceux qu’elle abrite. Elle est le Paradis, dont Il est l’arbre et la source de vie. Elle est l’astre dont Il est toute la lumière et qui éclaire notre nuit.
Si l’on n’est pas, de quelque manière, membre du corps, on ne reçoit pas l’influx de la Tête. Si l’on n’adhère pas à l’unique Épouse, on n’est pas aimé de l’Époux. Si l’on profane le Tabernacle, on se prive de la Présence sacrée. Si l’on déserte le Temple, on n’entend plus la Parole. Si l’on refuse d’entrer dans l’Édifice ou de se réfugier dans l’Arche, on ne peut trouver Celui qui est à leur centre et à leur faîte. Si l’on dédaigne le Paradis, on n’est pas abreuvé ni nourri. Si l’on croit pouvoir se passer de la lumière empruntée, on demeure à jamais plongé dans la nuit de l’ignorance.
Pratiquement, pour chacun de nous, Jésus-Christ, c’est donc son Église, soit que nous considérions surtout la hiérarchie en nous rappelant ces paroles de Jésus : “Qui vous écoute m’écoute, qui vous méprise me méprise”, soit que nous ayons égard à tout le Corps, à cette Assemblée tout entière au sein de laquelle Il réside et se montre, du sein de laquelle s’élève, ininterrompue, en Son nom, la louange de Dieu. Le mot de Jeanne d’Arc à ses juges exprime à la fois la profondeur mystique de la croyance et le bon sens pratique du croyant : “De Jésus-Christ et de l’Église, il m’est avis que c’est tout un, et qu’il n’en faut pas faire difficulté”. Ce cri du cœur fidèle est le résumé de la foi des Docteurs.
Quelles que puissent être les difficultés qui nous assaillent ou les troubles qui risquent de nous égarer, tenons toujours ferme à cette équivalence. Comme Ulysse qui se faisait attacher au mât du navire pour se défendre malgré lui contre les voix des sirènes, accrochons-nous, s’il en est besoin, sans plus rien écouter ni rien voir, à la vérité salvatrice dont saint Irénée nous donne la formule : “Là où est l’Église, là est l’Esprit de Dieu, et là où est l’Esprit de Dieu, là est l’Église et toute grâce, et l’Esprit est vérité ; s’écarter de l’Église, c’est rejeter l’Esprit”, et par cela même “s’exclure de la vie”. Croyons toujours avec saint Jean qu’il est impossible d’entendre l’Esprit sans écouter ce qu’Il dit à l’Église. Rappelons-nous qu’il n’existe aucun espoir d’unité solide en dehors de celle qui en a reçu les promesses. Tenons comme un principe absolu qu’il ne peut jamais y avoir une raison valable pour se détacher d’elle.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...