Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Mardi 29ème semaine du T.O.

Mardi, 24 Octobre 2017

Sermon de JEAN BÉNIGNE BOSSUET

Le rapport que l’on remarque entre la parole de Dieu et l’Eucharistie, c’est que dans l’une et l’autre sont distribuée aux enfants de Dieu la nourriture céleste. Ici et là, cette nourriture doit aller au cœur, quoique par des voies différentes : l’une par la bouche, l’autre par l’oreille. Si vous me demandez ici ce que c’est que prêter l’oreille au dedans, je vous répondrai en un mot que c’est écouter attentivement. Mais l’attention dont je parle n’est pas peut-être celle que vous entendez. Et il nous faut ici expliquer deux choses : combien est nécessaire l’attention, et en quelle partie de l’âme elle doit être.
Pour bien entendre quelle doit être votre attention à la divine parole, il faut s’imprimer bien avant cette vérité chrétienne, qu’outre le son qui frappe l’oreille, il y a une voix secrète qui parle intérieurement et que ce discours spirituel et intérieur, c’est la véritable prédication, sans laquelle tout ce que disent les hommes ne sera qu’un bruit inutile. C’est au-dedans qu’il faut écouter. C’est pourquoi le Fils de Dieu ne nous permet pas de prendre le titre de maître. "Que personne, dit-il, ne s’appelle maître, car il n’y a qu’un seul maître et un seul docteur". Si nous entendons cette parole, nous trouverons, dit saint Augustin, que nul ne nous peut enseigner que Dieu. Ni les hommes ni les anges n’en sont capables : ils peuvent bien nous parler de la vérité, ils peuvent pour ainsi dire la montrer du doigt, Dieu seul la peut enseigner, parce que lui seul nous éclaire pour discerner les objets. Ce que saint Augustin éclaircit par la comparaison de la vue : c’est en vain que l’on nous désigne avec le doigt les peintures de cette église, en vain que l’on nous remarque la délicatesse des traits et la beauté des couleurs, où notre œil ne distingue rien, si le soleil ne répand sa clarté dessus. Ainsi parmi tant d’objets qui remplissent notre entendement, quelque soin que prennent les hommes de démêler le vrai d’avec le faux, si celui dont il est écrit qu’il "éclaire tout homme venant au monde", n’envoie une lumière invisible sur les objets et l’intelligence, jamais nous ne ferons le discernement. C’est donc dans sa lumière que nous découvrons la différence des choses ; c’est lui qui nous donne un certain sens qui s’appelle "le sens de Jésus Christ", par lequel nous goûtons ce qui est de Dieu ; c’est lui qui ouvre le cœur et qui nous dit au dedans : C’est la vérité qu’on vous prêche.
Et c’est là, comme je l’ai dit, la prédication véritable. C’est ce qui a fait dire à saint Augustin : "Voici un grand secret : le son de la parole frappe les oreilles, mais le Maître est au dedans" ; on parle dans la chaire, la prédication se fait dans le cœur. Car il n’y a qu’un maître, qui est Jésus Christ, et lui seul enseigne les hommes. C’est pourquoi ce Maître céleste dit tant de fois : "Qui a des oreilles pour entendre, qu’il écoute". Il savait, ce divin Maître qu’il y a des oreilles intérieures où la voix humaine ne pénètre pas et où lui seul a droit de se faire entendre.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...