Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Jeudi 29ème semaine du T.O.

Jeudi, 26 Octobre 2017

Labor et Fides de JEAN DE SAUSSURE

On imposa à Simon de Cyrène de porter la croix de Jésus. Simon s’estimait bien à plaindre d’être ainsi contraint à traîner une croix ; mais nous, nous l’envions parce que nous savons que c’était la tienne, ô notre Sauveur !
Ô Christ, notre Christ, qui ouvres les yeux des aveugles, fais-nous donc reconnaître que, ce que nous appelons nos fardeaux et nos croix, c’est en réalité ta croix ! Oui, ta croix, ce qui nous tombe dessus sans que nous l’ayons cherché ni prévu ; ta croix, cette corvée stupide nous empêchant de faire le vrai travail que, semblait-il, tu attendais de nous ; ta croix, cet accident qui brise la carrière projetée ; ta croix, cet être auquel ta volonté me lie et qui empoisonne ma vie. Ta croix !
Alors, si lourd que soit le faix, au lieu de maudire les êtres et les circonstances qui nous l’imposent, ne parviendrons-nous pas à te bénir de nous inviter à le partager avec toi, puisque notre unique chance de salut et notre seule possibilité de bonheur sont de t’être associés de toute manière ? Et qui sait si, d’avoir reconnu que notre meilleur bien consiste à t’être unis en tout, nous n’irons pas même, un jour, jusqu’à nous donner pour but de participer à tes souffrances, afin de nous rendre conformes à toi dans la mort comme en toutes choses ?
Ah ! si nous savions discerner ta croix en toute épreuve, si nous savions saisir dans toute peine l’occasion de te rencontrer et de nous lier avec toi pour l’éternité, si nous savions trouver en toute souffrance la manière la plus intime, la plus féconde et, pour finir, la plus douce, de communier avec toi, comme nous les accepterions, ces tribulations, comme nous nous y engagerions, sur ces chemins resserrés, comme nous nous offririons à la porter, ta croix ! Pourquoi faut-il donc toujours que nous y soyons forcés : "ils l’obligèrent à porter la croix de Jésus" ? Pourquoi faut-il toujours que nous nous révoltions à nous la voir imposer ? Pourquoi faut-il toujours que nous te contraignions à nous y contraindre ? Seigneur, quelle preuve de notre cécité, ô toi qui nous précèdes toujours sur la voie douloureuse, ouvre nos yeux, afin que nous reconnaissions ta croix et nous empressions de la porter !
"Ils imposèrent à un certain Simon de Cyrène de porter la croix derrière Jésus". C’est la seule chose que nous sachions de cet homme. Tout le reste de son existence fut bientôt oublié, mais partout où sera prêché ton Évangile, dans le monde entier, on racontera aussi, en sa mémoire, ce qu’il a fait en cette heure-là. Cette peine endurée demeure la seule grande action connue de son existence. Cette inopportune rencontre est la seule qui l’ait fait entrer dans l’histoire. Cette journée de malchance est la seule qui ait compté définitivement à l’actif de sa vie !
Et qui sait si d’avoir, en telle occasion, porté ta croix ne sera peut-être pas la seule chose importante que j’aurai faite de ma vie ? La chose dont je te bénirai encore, lorsque toutes les autres, dont je la maudissais de me priver, auront été emportées, semblables à un songe qui, le matin, passe comme l’herbe ?

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...