Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Vendredi 29ème semaine du T.O.

Vendredi, 27 Octobre 2017

Homélie du PSEUDO-MACAIRE

Les âmes amies de la vérité et de Dieu qui, avec une grande espérance et une grande foi, désirent revêtir parfaitement le Christ, n’ont pas tellement besoin des avertissements d’autrui. Elles ne supportent pas, même un court moment, d’être privées du désir céleste et de l’amour passionné envers le Seigneur. Mais clouées à la croix du Christ totalement et sans réserve, elles ont le sentiment de progresser, jour après jour, vers la chambre nuptiale. Blessées par le désir du ciel, affamé de justice et des vertus, elles désirent avec force l’illumination de l’Esprit.
Même si leur foi leur permet d’être jugées dignes de recevoir la connaissance des divins mystères, de participer à la joie céleste, elles ne mettent pas leur confiance en elles-mêmes et ne s’imaginent pas être quelque chose. Au contraire, plus il leur est donné de recevoir les dons spirituels, plus leur désir du ciel devient insatiable et leur recherche de Dieu plus ardente. Plus elles éprouvent en elles-mêmes le sentiment de progresser spirituellement, plus elles ont faim et soif de participer à la grâce et d’y grandir. Plus elles s’enrichissent spirituellement, plus elles estiment être pauvres, car leur désir spirituel de l’Époux céleste est devenu insatiable, comme le dit l’Écriture : "Celui qui me mange aura encore faim, et celui qui me boit aura encore soif".
L’âme qui est vraiment amie de Dieu et du Christ, eût-elle fait mille actes de justice, se considère comme n’ayant rien fait, à cause de son insatiable désir de Dieu. Même si elle avait épuisé son corps par le jeûne, elle se comporterait comme si elle n’avait pas encore commencé à peiner pour les vertus. Tout au long du jour, affamée et assoiffée, tant elle a de foi et d’amour, persévérant dans la prière, elle reste insatiable à l’égard des mystères de la grâce et de la possession de toute vertu. Elle est blessée de l’amour passionné de l’Esprit céleste qui, par la grâce, éveille en elle une brûlante aspiration vers l’Époux céleste ; cette aspiration qui lui fait désirer être jugée digne d’obtenir en plénitude la communion mystérieuse et ineffable avec lui, dans la sanctification de l’Esprit.
Le visage dévoilé, l’âme fixe les yeux sur l’Époux céleste, face à face, dans une lumière spirituelle et inexprimable. Elle se mélange à lui en pleine certitude : configurée à sa mort, elle attend sans cesse, avec un grand désir de mourir pour le Christ ; elle espère avec une grande confiance recevoir de l’Esprit une parfaite délivrance du péché et des ténèbres des passions. Alors, purifiée par l’Esprit, devenue sainte de corps et d’âme, elle est jugée digne de devenir un vase pur, capable de contenir le parfum céleste et d’accueillir le vrai Roi, le Christ lui-même. Alors elle est rendue digne de la vie éternelle, étant devenue dès cette vie une demeure pure pour l’Esprit Saint.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...