Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Commémoraison de tous les défunts

Jeudi, 2 Novembre 2017

Appels au Dieu du silence de Karl RAHNER

Je veux me souvenir auprès de Toi de mes défunts, Seigneur, de tous ceux qui jadis faisaient partie de moi-même et qui m’ont quitté.
Pour ceux qui vivaient dans Ton amour au moment de partir d’ici-bas, la vie n’est pas enlevée, mais transformée en vie éternelle, infinie, surabondante. Mais alors, pourquoi sont-ils pour moi comme s’ils n’existaient plus ? La lumière dans laquelle ils sont entrés, Ta lumière, ô mon Dieu, est-elle si faible qu’elle ne parvient pas à descendre jusqu’à moi ?
Mais Toi-même, n’es-Tu pas plongé dans le même silence ? Toi aussi, je t’aime, comme j’aime mes défunts entrés dans la nuit lointaine et silencieuse. Ne partages-Tu pas avec eux la même attitude à mon égard ? Je cherche à Te rejoindre par mon amour, je Te demande un signe, et Tu ne me donnes aucune réponse, aucun signe clair de Ta proximité, de Ton amour vivant pour moi. Quel reproche faire à mes défunts, du moment que leur silence n’est que l’écho de Ton silence ?
Oui, il faut bien qu’il en soit ainsi, puisque Tu es, sinon la plus claire, du moins l’ultime réponse à tous les problèmes de mon cœur. Je ne sais pourquoi, Tu ne me parles point : Ton silence fait partie de cet espace immense qui me sépare de Toi et permet à mon amour de Te rendre concret mon acte de foi en Ton amour.
Si je voyais clairement Ton amour pour moi, dès cette vie terrestre, si je pouvais me rendre compte, sans risque d’erreur, du prix que j’ai à tes yeux, comment ferais-je pour Te prouver le risque généreux et la fidélité de mon amour ? Comment cette générosité et cette fidélité pourraient-elles seulement exister ?
Mais parce que Ton amour est infini, il ne peut exister que dans Ton immensité. Et puisque Tu as décidé de me montrer Ton amour infini, Tu l’as caché au monde limité où je suis enfermé, pour m’obliger à en sortir. Croire à Toi signifie simplement : suivre le chemin obscur et ténébreux de ma pauvre vie humaine, avec ses demeures mal éclairées où vient s’infiltrer cependant la lumière de Ta vie éternelle. Le silence que tu gardes durant mon pèlerinage terrestre est la manifestation actuelle de l’éternelle parole de ton amour.
Ainsi tous les défunts dont je Te parlais imitent simplement Ton propre silence : parce qu’ils sont entrés dans la vie, ils sont devenus muets pour moi. Leur langage ne parvient plus jusqu’à mes oreilles, parce qu’il s’est fondu dans la jubilation qui monte de Ton amour immense. Ils ont part à Ta vie parfaite, à Ton amour immense : voilà pourquoi leur amour et leur vie ne trouvent plus une place suffisante dans les limites étroites de ma vie et de mon amour. C’est moi qui mène une vie mourante, et pour cela je suis incapable de connaître leur vie éternelle, la vie qui ne connaît pas la mort.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...