Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Lundi 31ème semaine du T.O.

Lundi, 6 Novembre 2017

Les Adieux, dans "Spiritualité protestante" d’ADOLPHE MONOD

L’Écriture est le livre de Dieu, il est tout plein de la vérité de Dieu. En elle, nous entendons parler Dieu par le Saint-Esprit. Nous voyons Dieu, l’homme, le présent, le temps, l’éternité, décrits tels qu’ils sont.
Il nous faut interroger l’Écriture comme nous interrogerions Jésus Christ, si nous l’avions en ce moment près de nous, et que nous puissions lui parler et l’entendre. Car nous lui parlons et l’entendons quand nous lisons la sainte Écriture. Elle nous le révèle, elle nous révèle toutes choses par son Esprit et de sa part. Sans doute, ce n’est pas la vérité qui nous sauve, mais elle est le chemin du salut. L’Ecriture n’est pas le salut, mais c’est le livre qui nous révèle notre salut ; sans ce livre, nous ne pourrions jamais le connaître et par lui, dans la proportion où nous l’aurons mieux connu, nous connaîtrons aussi mieux Jésus, le Sauveur.
Nul chrétien ne contestera la vérité de ces principes. Et pourtant qu’ils sont rares ceux qui étudient avec sérieux les Écritures ! La plupart les lisent superficiellement et se bornent à quelques grandes vérités générales, au lieu d’y pénétrer toujours plus avant et de se rendre compte de tout, autant qu’ils le peuvent, selon qu’il est écrit : "Ce qui est caché est à Yahvé, notre Dieu, mais ce qui est révélé est à nous et à nos fils. Et pourquoi cette singulière contradiction avec nous-mêmes ? C’est à cause des difficultés que présente cette lecture. Il faut en convenir : quand on commence à la faire, on y trouve bien des difficultés et des obscurités. Et comme il faut beaucoup de travail pour les dissiper, et que l’esprit de l’homme est naturellement paresseux et lâche, on perd peu à peu courage. En lisant et relisant l’Écri¬ture, l’on se borne à un travail uniforme, qui pénètre à peine au-delà de la surface, ne nous apprend pas de choses nouvelles, et qui, reprenant toujours les mêmes idées, nous inspire même une sorte de fatigue. Comme si la Parole de Dieu n’était pas capable de nous instruire toujours, comme si elle n’était pas inépuisable, comme l’est Dieu lui-même ! Gardons-nous de croire que ces difficultés sont invincibles ! Non, mais il faut prendre la peine ; et là, comme dans la prière et dans toute la vie chrétienne, Dieu veut que l’homme soit ouvrier avec lui. La connaissance de la Bible, le goût de la Bible est le fruit et la récompense de cet humble, sincère et persévérant travail.
Mais, ne l’oublions pas, cette Parole, toute puissante et toute divine qu’elle est, cette Parole qui faisait dire à Job : "Oh ! Combien sont fortes les paroles du Seigneur !", n’a de force qu’autant qu’elle est appliquée à nos âmes par cet Esprit qui l’a fait déposer dans les pages du livre. C’est cet Esprit qui a opéré dans le cœur d’un Isaïe et d’un Jérémie, d’un saint Paul et d’un saint Jean, et qui, les ayant choisis comme organes, les a guidés pour que, sans danger d’erreur, ils donnent la vérité éternelle à toutes les générations humaines. Cette Parole a besoin d’être récrite dans nos cœurs, et d’y être comme fixée par ce même Esprit, sans quoi elle est pour nous comme une parole morte et sans effet. Nous pourrions relire les saintes Écritures pendant des années que nous n’en recueillerions aucune bénédiction réelle, et que nous nous étonnerions de la voir si peu puissante, si peu justifiée par l’expérience, si le Saint-Esprit ne nous l’explique et ne nous l’applique, en venant demeurer en nous. Or, ce même Esprit qui nous explique et nous applique la Parole de Dieu, est aussi celui qui opère en nous tout le reste. L’œuvre du Père qui nous a gratuitement sauvés, l’œuvre du Fils qui nous a rachetés par son sang, deviennent vaines sans l’œuvre du Saint-Esprit, qui ouvre notre cœur pour croire au Père et au Fils, et pour mettre en pratique ces paroles de vie.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...