Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Vendredi 32ème semaine du T.O.

Vendredi, 17 Novembre 2017

Mon âme a soif de toi de CONRAD DE MEESTER

Quel moment de grâce lorsque le silence parfait nous pénètre, que tout devient paisible. Toute inquiétude a disparu, le passé est oublié, l’avenir n’est pas encore là, les désirs dorment. Il n’y a plus rien que le moment présent - et ce moment présent est rempli de Dieu. Alors notre cœur s’épanouit. On a l’impression d’entrer dans une cathédrale irradiée de soleil et de s’approcher du sanctuaire. Ou mieux, c’est comme si le Seigneur de l’Évangile, Jésus uni à son Père dans l’Esprit d’amour, s’approche et accueille notre rien avec un amour tellement soucieux de notre bien. Alors prier n’est plus parler, mais être dans un silence de plénitude, dans la vérité de Dieu, sous son regard qui, loin de foudroyer l’âme, la relève, la ressuscite.
Mystère de l’incompréhensible miséricorde divine ! Par le baume de sa Présence, qui surpasse tout, alors Dieu guérit l’homme. Les plaies des mains et du cœur de Jésus deviennent des arguments éloquents. On devine aussi quelque chose de l’humilité infinie de Dieu, cachée dans l’Eucharistie, et de la joie de Jésus « élevé » près de son Père après avoir été « abaissé » dans la souffrance (Ph2, 6-11). On voudrait prier comme Pierre : « Seigneur, éloigne-toi de moi, car je suis pécheur ! » (Le 5, 8) et au contraire on dit avec les disciples d’Emmaüs le soir de Pâques : « Reste avec nous, Seigneur ! » (Le24, 29). On le dit sans paroles. Tout consiste à être avec Dieu et dans le désir qu’il suscite lui-même : qu’il ne nous quitte jamais plus.
Mais, dans un sens, Dieu repart. Comme à Marie de Magdala, Jésus dit : « Ne me retiens pas » (Jn 20, 17) et comme à Thomas : « Bienheureux ceux qui sans avoir vu ont cru » (Jn 20, 29).
Lorsqu’il fait tout silencieux dans notre cœur, que toutes les voix se taisent, on entend quelque chose de grandiose et d’impressionnant : le mystère de Dieu, le silence de Dieu. Ce n’est pas un silence de mort, c’est plutôt une plénitude comme la beauté d’une nuit étoilée ou d’un midi d’été pétillant de vie dans un endroit solitaire.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...