Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Martyrs du Vietnam

Vendredi, 24 Novembre 2017

De Incarnatione de SAINT ATHANASE

Ceux qui avaient entendu Jésus parler de sa résurrection avaient encore le son de sa voix dans leurs oreilles, leurs yeux l’attendaient encore, et voici que le Fils de Dieu en personne, montra immortel et incorruptible, son corps qui, trois jours durant, avait été mort. Il fut ainsi démontré à tous que ce corps était mort, ce n’était pas parce que la nature du Verbe qui l’habitait était sans force, mais pour que la mort soit détruite par la puissance du Sauveur.
Car la mort a été détruite, et la croix se dresse comme le signe de la victoire remportée sur elle. Désormais, la mort a perdu tout pouvoir : elle est vraiment morte ! Nous en avons une preuve flagrante et un signe évident dans ce fait que tous les disciples du Christ la méprisent, tous marchent contre elle et ne la craignent plus. Mais par le signe de la croix et par la foi au Christ, ils la foulent aux pieds, comme une chose morte.
Jadis, avant la divine venue du Seigneur, tout le monde pleurait ceux qui mouraient : n’étaient-ils pas destinés à la corruption ? Mais depuis que le Sauveur a ressuscité son corps, la mort ne fait plus peur. Tous ceux qui croient au Christ la foulent aux pieds, comme une ombre qui n’existe pas. Ils préfèrent mourir que de renier leur foi au Christ, car ils savent vraiment qu’à leur mort, ils ne périssent pas, mais ils vivent, et deviennent incorruptibles, grâce à la résurrection. Et maintenant que les affres de la mort se sont évanouies, seul reste vraiment mort le diable, lui qui jadis se servait de la mort pour attaquer méchamment les hommes !
En voici bien la preuve : avant de croire au Christ, les hommes redoutent la mort qui leur semble terrible. Mais quand ils croient en lui et en sa doctrine, ils font si peu de cas de la mort qu’ils s’élancent vers elle avec ardeur et deviennent ainsi les témoins de la victoire remportée sur elle par le Sauveur en sa résurrection. Des enfants d’un âge encore tendre, se hâtent vers la mort, et non seulement des hommes, mais aussi des femmes, s’entraînent pour lutter contre elle. Car la mort a tellement perdu de sa virulence que même les femmes, autrefois trompées par elle, se jouent d’elle à présent, comme d’une chose morte et dépassée.
Si un tyran a été vaincu par un Roi valeureux, et qu’il est pieds et mains liés, tous les passants se moquent de lui, le frappent et le mettent en pièces, sans craindre maintenant sa rage et sa cruauté ; et cela grâce au Roi qui l’a mis à la raison. De même, la mort vaincue et dégradée par le Sauveur en Croix a les pieds et les mains liés, et tous ceux qui marchent dans le Christ la foulent aux pieds. Ils rendent témoignage au Christ et se moquent de la mort ; ils la tournent en dérision en utilisant les mots écrits jadis contre elle : "Ô mort, où est ta victoire ? Ô enfer, où est ton aiguillon ?" Est-ce là une preuve négligeable de l’impuissance de la mort ?

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...