Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Lundi 1ère semaine de l’Avent

Lundi, 4 Décembre 2017

Ennaratio sur le psaume 109 de SAINT AUGUSTIN

Dieu a fixé un temps pour faire des promesses et un temps pour les accomplir. Le temps des promesses c’était le temps des prophètes, jusqu’à Jean-Baptiste ; à partir de lui et jusqu’à la fin, c’est le temps d’accomplir les promesses. Il est fidèle, Dieu qui s’est fait notre débiteur, non en recevant quelque chose de nous, mais en nous promettant de si grandes choses. C’était peu de promettre ; il a voulu encore s’engager par écrit, comme en dressant avec nous un contrat de ses promesses ; ainsi, lorsqu’il commencerait à s’acquitter de ses promesses, nous pourrions considérer dans l’Écriture l’ordre dans lequel il s’en acquitterait.
Ainsi le temps de la prophétie, c’était la prédiction des promesses. Dieu nous a promis le salut éternel, une vie bienheureuse sans fin avec les anges, un héritage qui ne peut se flétrir, une gloire éternelle, la douceur de son visage, la demeure de sa sainteté dans les cieux, et par la résurrection des morts, désormais aucune crainte de mourir. Telle est sa promesse, comme le but vers lequel se porte tout notre élan, et quand nous y serons parvenus, nous n’aurons plus rien à rechercher, plus rien à exiger.
Il ne nous a pas caché non plus, par ses promesses et ses annonces, par quelle série de bienfaits nous parviendrons à ce but final. En effet, il a promis aux hommes la divinité, aux mortels l’immortalité, aux pécheurs la justification, aux humiliés la glorification. Cependant, mes frères, comme cela paraissait incroyable aux hommes, ce que Dieu promettait ! Qu’à partir de cet état mortel soumis à la corruption, de cet état humilié, de cette poussière et de cette cendre, ils seraient égaux aux anges de Dieu ! Aussi ne s’est-il pas contenté de faire un contrat avec eux, par l’Écriture, pour qu’ils croient, mais Il a encore établi un médiateur de leur foi. Non pas un prince quelconque, ou quelque ange ou archange, mais son Fils unique. Ainsi c’est par son Fils qu’il montrerait et ouvrirait lui-même le chemin par lequel il nous conduirait à cette fin qu’il nous a promise. Mais c’était encore trop peu pour Dieu de nous donner son Fils pour nous montrer le chemin ; il a fait de lui la route même pour marcher avec lui, tandis qu’il marcherait avec toi.
Dieu nous a donc promis que nous irions jusqu’à lui, jusqu’à cette immortalité ineffable qui fera de nous les égaux des anges. Comme nous en étions loin ! Comme il était haut et comme nous étions bas ! Il restait dans les hauteurs, et nous gisions à terre, sans espoir ! Nous étions malades, sans espoir de guérison. Un médecin fut envoyé que le malade n’a pas reconnu. Mais l’immolation du médecin par le malade a permis à celui-ci de guérir. Le médecin est venu pour le visiter, et il est mort pour le guérir. Ainsi le Fils de Dieu, qui devait venir chez les hommes, devait se faire homme ; et en sa qualité d’homme, mourir, ressusciter, monter au ciel, siéger à la droite du Père, et accomplir parmi les nations ce qu’il avait promis. Et après avoir accompli ses promesses parmi les nations, il devait encore accomplir celle de revenir, pour demander compte de ce qu’il a prescrit, séparer les sujets de sa colère des sujets de sa miséricorde ; donner aux impies ce dont il les a menacés, et aux justes, ce qu’il leur a promis.
Tout cela devait donc être prophétisé, annoncé, souligné comme allant venir, afin que sa venue ne cause pas de frayeur, mais soit attendue avec foi.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...