Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Sainte Lucie

Mercredi, 13 Décembre 2017

ACTES DE SAINTE LUCIE

La renommée qu’avait acquise la bienheureuse martyre Agathe s’était déjà répandue dans toute la province de Sicile, et les habitants de Syracuse se rendaient en foule à la cité de Catane, éloignée pourtant de près de cinquante milles afin d’y vénérer le sépulcre où reposait cette vierge très sainte, lorsque la bienheureuse Lucie, issue elle-même d’une des plus nobles familles de Syracuse, voulut à l’occasion de la fête de la martyre, visiter ses restes précieux. Elle s’y rendit avec sa mère Eutychia, qui, depuis quatre années, souffrait d’un flux de sang que tout l’art des médecins n’avait pu arrêter. Pendant la célébration des mystères, on vint à lire ce passage de l’Évangile, où il est rapporté qu’une femme fut guérie d’un flux de sang, en touchant seulement la frange du manteau du Christ. Durant cette lecture, la bienheureuse Lucie disait à Eutychia : "Mère, si tu crois à la vérité de ce que l’on vient de lire, crois aussi que la martyre Agathe, qui a souffert pour le Christ, le possède maintenant pour toujours ; approche avec foi de son sépulcre, et tu seras délivrée."
Après les saints mystères, quand tout le peuple s’était déjà retiré, la mère et la fille se prosternèrent sur la tombe d’Agathe, suppliant avec larmes que leur demande fût exaucée. Elles prièrent longtemps ; et le sommeil ayant surpris la vierge Lucie, elle vit en songe la bienheureuse Agathe parée de riches vêtements et entourée des Anges, qui lui dit : "Ma sœur Lucie, ô vierge toute dévouée au Seigneur, pourquoi me demander ce que tu peux toi-même si promptement obtenir ? Ta foi a déjà sauvé ta mère, et la voilà guérie. Sache aussi que tu seras un jour l’honneur de la ville de Syracuse, de même que j’ai illustré la cité de Catane ; et cela parce que tu as préparé dans la pureté de ton cœur et dans ta virginité une demeure très-agréable au Christ." A ces mots, Lucie toute tremblante s’éveilla, et dit à Eutychia : "Ma mère, ma mère, tu es guérie. Maintenant, je t’en prie au nom de celle qui t’a rendu la santé par ses prières, promets-moi de ne jamais me parler d’époux et de renoncer à recevoir de moi une postérité sur cette terre. Quant à ces biens que tu me destinais pour m’unir à un homme mortel qui m’enlèverait la fleur de ma virginité, laisse-les à ma disposition dès maintenant, puisque j’ai résolu de me consacrer à Jésus Christ, le gardien de ma vertu."
Sa mère Eutychia lui répondit : "J’ai gardé fidèlement toute la fortune de ton père... Reste donc auprès de moi pour me fermer les yeux, et après ma mort tu pourras faire de ces biens tout ce qu’il te plaira." Lucie dit à sa mère : "Écoute, ô ma mère, le conseil que je vais t’adresser. Celui qui ne donne à Dieu que ce qu’il ne peut emporter, et seulement les biens dont il ne peut plus jouir, ne saurait lui être bien cher. Si donc tu veux être agréable au Seigneur, abandonne-Lui maintenant ta fortune, quand tu peux encore en user durant cette vie. Si tu la donnes au dernier moment, lorsque tu ne pourras plus t’en servir, tu sembleras Lui laisser seulement ce qu’il n’est plus en ton pouvoir de garder avec toi. Je te le répète, ô ma mère, offre au Christ dès cette vie ce que tu possèdes, et commence ton offrande par ces biens que tu pensais à me laisser à moi-même."
La bienheureuse vierge entretenant ainsi chaque jour sa mère de ces projets, ils commencèrent à s’exécuter ; et l’on fit une première disposition de ces richesses pour les pauvres, qui en reçurent de grands soulagements dans leurs nécessités.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...