Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Saint Jean de la Croix

Jeudi, 14 Décembre 2017

 Vive Flamme d’amour de SAINT JEAN DE LA CROIX

L’amour unit l’âme à Dieu ; et plus l’âme atteint des degrés d’amour, plus elle entre profondément en Dieu, plus elle se concentre en lui. Si elle atteint le plus haut degré, l’amour de Dieu la blessera en son centre le plus profond. En d’autres termes, il la transformera en tout son être, selon toute sa capacité et toute sa puissance, jusqu’à ce qu’elle en vienne à sembler être Dieu même.
Lorsqu’elle dit que la flamme d’amour la blesse en son centre le plus profond, l’âme déclare donc que l’Esprit Saint la blesse selon toute l’étendue de sa substance, de sa force et de sa capacité. Ce qui donne à entendre l’extraordinaire abondance de délices et de gloire qu’elle expérimente. Dans l’état sublime où elle se trouve, parfaitement conforme à la divine volonté, parce qu’elle est parfaitement transformée en l’amour, elle n’a rien à demander pour elle-même, elle n’a de désir qu’à l’égard de son Bien-Aimé.
"La charité, dit saint Paul, ne considère pas ses propres intérêts". Elle a cependant des désirs par rapport à son Bien-Aimé, puisqu’elle vit encore dans l’espérance, et par conséquent, sent un vide qui demande à être comblé. Elle pousse donc des gémissements suaves et délicieux, car son appétit a beau être comblé d’union divine, il ne saurait être rassasié que lorsque la gloire de son Aimé apparaîtra. Sa faim est encore excitée par la saveur de gloire qui lui est accordée ici. C’est une saveur telle que Dieu doit prendre soin de sa chair en protégeant, de sa droite, la vie naturelle, comme il le fit pour Moïse dans le creux du rocher afin qu’il pût voir sa gloire sans mourir. Sinon, la vie naturelle céderait à chacun de ses jets de flamme, et la mort devrait s’ensuivre : car notre partie inférieure est trop fragile pour porter une telle abondance, une telle sublimité de feu divin.
Ce désir de l’âme n’est pas accompagné de peine, car ici l’âme est incapable d’en ressentir. Sa volonté et son appétit sont tellement une seule chose avec Dieu, qu’accomplir sa volonté fait tout son bonheur. Pourtant, au milieu des rayons de gloire et d’amour qui, sous l’action de ces touches divines, apparaissent à la porte de son âme, rayons qui sont hors de proportion avec l’étroitesse de la demeure terrestre, l’âme montrerait peu d’amour si elle ne demandait pas à être introduite dans l’amour parfait et consommé. Elle comprend d’ailleurs, qu’au milieu de ces souverains délices et de ces communications de l’Époux, l’Esprit Saint la provoque et l’invite à entrer dans cette immensité de gloire qu’il met devant ses yeux.
Cette invitation revêt de suaves et merveilleux accents, tels que l’Épouse les énonce au Cantique des cantiques : "Voici mon Bien-Aimé qui me parle : Lève-toi, hâte-toi, mon amie, ma colombe, ma toute belle et viens ! Montre-moi ton visage et fais-moi entendre ta voix, car ta voix est douce et ton visage charmant !"

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...