Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

20 décembre

Mercredi, 20 Décembre 2017

Lettre de SAINT LÉON LE GRAND

Il ne sert à rien de dire que notre Seigneur, fils de la Vierge Marie est homme vrai et parfait, si l’on ne croit pas qu’il est homme, tel que le proclame l’Évangile. Matthieu dit en effet : “Livre de la Généalogie de Jésus Christ, fils de David, fils d’Abraham”. Ce faisant, il suit l’ordre des familles humaines, pour nous conduire par la lignée des générations, jusqu’à Joseph à qui Marie était fiancée. Luc, au contraire, remonte les degrés successifs pour aboutir au commencement du genre humain, et il montre ainsi que le premier et le dernier Adam sont de la même nature.
Certes, il était possible à la Toute-puissance du Fils de Dieu de se manifester pour l’instruction et la justification des hommes, de la même manière qu’il était apparu aux patriarches et aux prophètes sous une forme charnelle : par exemple, lorsqu’il luttait avec Jacob ou qu’il engageait une conversation avec Abraham, acceptant le service de son hospitalité au point de prendre la nourriture qu’il lui présentait. Mais ces apparitions n’étaient que des signes, des images de l’homme dont ces annonces mystérieuses faisaient entre voir la réalité, empruntée à la racine de ces Pères d’antan.
Aucune figure ne pouvait accomplir le mystère de notre rédemption, disposé dès avant le temps, depuis l’éternité. L’Esprit n’était pas encore descendu en la Vierge, et la puissance du Très-Haut ne l’avait pas encore couverte de son ombre. La Sagesse ne s’était pas encore construit une demeure dans son sein virginal, pour que le Verbe s’y fasse chair et pour que, la nature de Dieu et celle de l’esclave s’unissant en une seule personne, le Créateur du temps naisse dans le temps, et que celui par qui tout a été fait soit engendré parmi tout ce qu’il a fait. Car si l’homme nouveau ne s’était fait semblable à la chair du péché, et s’il ne s’était chargé de notre vieillesse, et si lui, de même substance que le Père, n’avait daigné être aussi de même substance que sa mère et si lui, le seul à être libre à l’égard du péché, n’avait uni notre nature à la sienne, l’humanité aurait été maintenue captive sous le joug du démon. Nous n’aurions pu alors jouir de la victoire triomphale du Christ, car elle aurait eu lieu en dehors de notre nature.
C’est donc en raison de l’admirable participation du Christ à notre nature que brille pour nous la lumière du sacrement de la régénération ; de la sorte, nous qui avons été conçus de la chair, nous renaissons d’une source spirituelle, de l’Esprit lui-même par qui le Christ a été conçu et est né. C’est pourquoi l’évangéliste dit des croyants : “Eux qui ne sont pas nés du sang ni du vouloir de la chair ni de la volonté de l’homme, mais qui sont nés de Dieu”. Ne peut participer à cette grâce ineffable ni être dénombré dans l’adoption des fils de Dieu, quiconque exclut de sa foi ce qui est à l’origine de notre salut.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...