Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

23 décembre

Samedi, 23 Décembre 2017

Sermon de SAINT BERNARD sur le Cantique des cantiques

"Voici que me parle mon Bien-aimé !". Voyez le progrès de la grâce et prêtez attention à la graduation de la condescendance divine. Remarquez l’attachement de l’Épouse et sa finesse : elle observe d’un œil vigilant l’approche de l’Époux et par suite, remarque ses moindres gestes : il vient, il hâte le pas, il s’approche, il est là, il regarde, il parle. Aucun de ces mouvements n’échappe au zèle de l’Épouse qui les connaît d’avance. Il vient par les anges, il se hâte par les patriarches, il s’approche par les prophètes, il est là dans la chair, il regarde par ses miracles, il parle par les Apôtres. Ou encore, il vient par sa tendresse et son empressement, il hâte le pas en se dépêchant de venir, il approche en s’humiliant lui-même, il est là dans l’instant présent, il regarde vers les biens à venir, il parle en enseignant le Royaume de Dieu. Telle est la venue de l’Époux ! Bénédiction et richesses du salut sont avec lui !
Heureuse l’âme que le Seigneur trouvera vigilante. Il n’ira pas plus loin, il ne passera pas outre, mais il s’arrêtera et lui parlera d’amour ; il conversera avec elle comme un amant. Aussi lis-tu : "Voici que me parle mon Bien-aimé". Une âme bien éveillée, d’un esprit sobre, le verra venir de loin, et de suite elle découvrira tout ce que l’Épouse observe avec autant de finesse que de netteté dans l’approche de son Bien-aimé. Il en donne lui-même l’assurance : "Ceux qui me chercheront dès le matin me trouveront". Cette âme reconnaîtra le désir de celui qui se hâte, et quand il sera près, et quand il sera alors tout proche, elle s’en apercevra aussitôt. Et puis, d’un regard bienheureux, elle verra l’œil de celui qui la regarde, comme on voit un rayon de soleil passer à travers une fenêtre, et s’introduire à travers les fentes d’un mur. Et enfin, elle percevra des paroles de joie et d’amour qui lui diront : "Mon amie, ma colombe, ma belle !".
Qui sera assez sage pour comprendre ceci de manière à pouvoir percevoir de loin, tour à tour et comme il faut, ces diverses approches de l’Époux, et à les ordonner pour les faire comprendre aux autres ? Si vous attendez cela de moi, pour moi, je préfèrerais écouter les explications de quelqu’un qui soit plus expert en ces matières. Pourtant je vous dirai sur ce sujet ce que je puis tenir, soit de ma propre expérience, soit de celle d’autrui.
Si donc il m’est commandé, soit du dehors par un homme, soit du dedans par l’Esprit Saint, de garder la justice et d’observer l’équité, un conseil en cette matière m’apparaîtra comme un présage de l’imminente venue de l’Époux. Et la même espérance me sourira si j’entends parler d’humilité, de patience, ou encore de charité fraternelle, ou d’obéissance due aux supérieurs, et surtout de sainteté, de paix, de pureté du cœur. Mais j’aurai aussi la même pensée lorsqu’un homme de bien m’adressera des reproches fraternels, sachant que le zèle du juste et sa bienveillance fraient la route à celui qui se lève au-dessus de l’occident. Aucune parole qui nous porte à la piété, à la vertu, à de meilleures manières d’agir, ne doit être écoutée négligemment, car c’est là aussi un chemin par où on mérite le salut de Dieu. Si ces propos nous semblent agréables et nous plaisent, vu qu’on les entend avec plaisir et sans impression de fatigue, croyons-le, non seulement l’Époux vient à nous, mais il se hâte et désire vivement nous visiter.
Car son désir crée le tien, et si tu te hâtes d’entendre ces propos, c’est parce que lui-même s’empresse de pénétrer en toi. Car "ce n’est pas nous, mais lui qui nous a aimé le premier". Si maintenant tu perçois sa parole de feu, et que par elle, ta conscience est brûlée au souvenir de ton péché, souviens-toi de ce que dit l’Écriture : "Un feu le précédera", et ne doutes pas qu’il soit tout proche. Car "proche est le Seigneur de ceux qui ont le cœur brisé".

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...