Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

4ème dimanche de l’Avent

Dimanche, 24 Décembre 2017

Les œuvres du Saint-Esprit de RUPERT DE DEUTZ

L’ange Gabriel avait dit à Marie : "L’Esprit Saint surviendra en toi et la force du Très-Haut te couvrira de son ombre". Marie entendit ces paroles la première, et croyant à ce qu’elle entendait, elle mérita aussitôt de faire, dans la joie, l’expérience de ce qu’elle avait entendu. En effet, lorsque dans sa promptitude à croire, Marie ouvrit son esprit et sa bouche pour dire : "Voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole", aussitôt, selon la parole de l’ange, l’Esprit Saint survenant, se répandit en elle par les portes de la foi que la Vierge venait de lui ouvrir.
Où se répandit-il en elle ? D’abord dans le sanctuaire de son chaste cœur, puis dans le temple de son sein sacré et virginal. Il entra dans la demeure de son cœur pour faire d’elle une prophétesse ; il entra dans son sein pour faire d’elle une mère. C’est bien elle, en effet, la prophétesse à propos de laquelle le saint prophète Isaïe, la félicitant, fait dire à l’Esprit : "Je m’approchais de la prophétesse, et elle conçut et enfanta un fils". Que reçoit-elle en son sein, que conçoit-elle, cette jeune fille, fragile non seulement par le sexe, mais par sa condition mortelle ? Ce n’est rien d’autre que le Verbe, le Dieu fort, la forte substance du Verbe, né de l’éminente substance de Dieu le Père, celui devant qui tremblent les anges !
Nulle créature ne pourrait tenir devant sa face, si elle n’était soutenue par cet Esprit d’Amour, comme l’atteste l’Écriture : "Comme la cire fond devant le feu, qu’ainsi périssent les pécheurs devant la face de Dieu !". Or cette Vierge ne se présentait pas seulement devant la face de Dieu, mais c’était le Verbe de Dieu, le Verbe Dieu, qui, du secret du Père, venait s’insérer tout entier en elle. Il fallait donc que la force du Très-Haut la couvrît de son ombre, cette force puissante en miracles et capable d’unir la chair d’une femme au Dieu Verbe.
C’est pourquoi l’Écriture poursuit : "L’Être saint qui va naître de toi sera appelé Fils de Dieu". En effet ce que la Vierge a conçu existait depuis longtemps : c’était le Saint, né depuis toujours, c’était le Fils de Dieu. Il restait seulement à lui donner ce nom qui était le sien : il fallait que, par ce vocable de "Fils de Dieu", fût manifesté le nom de Dieu, encore inconnu. Certes, on donnait déjà un nom à Dieu, mais on ne le nommait pas encore : Père du Fils. Celui-ci "sera donc appelé Fils de Dieu", dit l’ange, ce qu’il est déjà, non par adoption de grâce, mais par propriété de nature.
À noter encore que l’ange ne dit pas : "Le Saint qui va naître de toi", mais : “L’Être saint qui va naître de toi”. Car si beaucoup sont dits saints ou sanctifiés, un seul est l’Être saint, c’est-à-dire la sainteté même qui sanctifie tous les saints. Cet Être saint est le Saint des saints, non pas un être qui aurait eu à être sanctifié après une conception ou une naissance dans le péché, comme il en est après la prévarication d’Adam, mais c’est un être essentiellement saint, qu’une Vierge immaculée a conçu du Saint-Esprit. C’est donc rigoureusement et excellemment que le messager céleste dit : “L’Être saint qui va naître de toi, sera appelé Fils de Dieu”.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...