Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
Hiver
Été
 
Hiver
Été
Vigiles
3 h 30
4 h 00
  Vigiles
3 h 30
4 h 00
Laudes
6 h 45
7 h 00
  Laudes
7 h 00
7 h 30
Messe
7 h 15
7 h 30
  Tierce
8 h 30
9 h 00
Tierce
9 h 15
9 h 15
  Messe
10 h 45
10 h 45
Sexte
12 h 15
12 h 15
  Sexte
12 h 15
12 h 15
None
14 h 15
14 h 15
  None
14 h 15
14 h 15
Vêpres
17 h 30
18 h 00
  Vêpres
17 h 30
18 h 00
Complies
19 h 30
20 h 00
  Complies
19 h 30
20 h 00

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

SAINTE FAMILLE

Dimanche, 31 Décembre 2017

La bonne nouvelle du mariage de LOUIS DE RAYNAL

L’œuvre que Dieu veut réaliser, en créant Adam et Ève, est merveilleuse : le Créateur, en les faisant l’un pour l’autre, veut non seulement préfigurer, mais aussi préparer l’union du Christ et de l’humanité. Depuis le péché originel jusqu’à la venue du Christ, bien rares ont été cependant les foyers dont l’union pouvait refléter le dessein de Dieu, l’union de son Fils avec l’humanité. Mais lorsque vient la plénitude des temps, Dieu suscite Joseph et Marie, qui par leur union et leur amour vont être l’image très ressemblante de l’union du Christ et de l’Église.
Cette union d’amour de Joseph et de Marie est donc elle-même l’image d’une union infiniment plus par-faite, celle que Dieu avait projetée par avance pour la réaliser quand les temps seraient accomplis : l’union de son Fils avec l’humanité. Mieux encore que l’image, le mariage de Joseph et de Marie est la condition providen-tielle de cette union. Elle s’est inaugurée dans le sein de la Vierge, où le Verbe prit chair, notre pauvre chair hu-maine ; elle s’est poursuivie par l’union de Jésus avec ses parents, elle ne cessera pas de se poursuivre jusqu’à la consommation des siècles sous la poussée non plus d’une force d’attraction anonyme, mais celle de l’Esprit Saint, lien du Père et du Fils, celui qui est envoyé aux hommes pour nouer, en un seul Corps, le Christ et l’hu-manité sauvée.
Entre Joseph et Marie, qui se fiancent l’un à l’autre, naît l’amour humain, "le plus grand amour qui soit jamais éclos sur cette terre" affirmait le Père Caffarel ; il continue en disant que cet amour n’a pas la même source que chez les autres hommes : "Normalement, on va de l’amour humain à l’amour de Dieu ; ici l’ordre est inverse : c’est Dieu, premier connu qui fait connaître l’autre. L’élan qui porte Marie vers Joseph, Joseph vers Marie, n’est donc pas différent de celui qui les porte à Dieu". Joseph et Marie s’aiment de l’amour le plus parfait qu’on puisse imaginer. Mais cet amour n’en est pas moins totalement humain, vivant dans leur union "toute la gamme des sentiments qui composent l’amour de l’homme et de la femme l’un pour l’autre". Dans la vie humble et quotidienne de Nazareth, le Fils de Dieu reçoit l’amour qui vient de Marie et de Joseph. Ses parents bénéfi-cient aussi tous deux de la présence vivante et agissante de Jésus. Auprès d’eux, il exerce les mêmes fonctions qu’il remplira plus tard, non seulement au milieu de ses disciples, mais aussi dans l’Église, son Épouse : Jésus est Roi, il est Prophète et il est Prêtre.
Joseph et Marie ont une place particulière dans la pensée et l’œuvre de Dieu. Ils accueillent le dessein de Dieu, celui d’être les parents terrestres du Fils de Dieu, la deuxième Personne de la Trinité, le Sauveur du monde ! La virginité de Marie vient signifier que le salut du monde est dû à l’initiative de Dieu seul et qu’il est son œuvre. La virginité de Marie est à bien comprendre : si essentiellement, elle est renonciation à l’union char-nelle et à la transmission de la vie, elle n’est pas nécessairement renonciation à l’amour d’un homme, et c’est ce qui peut nous sembler paradoxal. Son mariage avec Joseph est un vrai mariage. Aux yeux des évangélistes, il n’y a pas l’ombre d’un doute sur la réalité du mariage de Joseph et de Marie. Pour saint Thomas et toute la théo-logie à sa suite, c’est le consentement qui fonde le mariage, c’est-à-dire le don total mutuel et définitif des époux.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...