Les étapes de la vie monastique

christ-aiguebelleTout chrétien est un homme qui a entendu l'appel du Christ et y a répondu personnellement. Il n'est donc pas exact de penser que seuls ceux qui sont dans des monastères, des couvents, des séminaires et des presbytères ont la vocation. Tout chrétien a la vocation d'être disciple du Christ et de le suivre. Certains le suivent dans le mariage qui, bien qu'il n'imite pas sa vie sur terre, n'en est pas moins une participation au mystère de sa présence dans le monde (Éphésiens 5,25-31). D'autres Le suivent dans une vie de chasteté, de pauvreté, d'obéissance et dans une fonction de service des autres dans l'amour. Le moine n'a pas deux vocations : Sa vocation monastique prolonge simplement sa vocation chrétienne ; c'est un pas de plus sur la route que le Christ a choisie pour lui en l'appelant au silence, à la solitude, à la prière, à la méditation et à l'étude de sa Parole.

La paix du silence monastique et de la solitude attire naturellement bien des personnes. Un attrait pour le silence et la prière, un désir généreux d'embrasser la règle et d'offrir ses années de maturité à Dieu peut être  un signe de vocation authentique. Mais l'attrait seul ne suffit pas. L'absence d'attrait ne garantit pas non plus que la vocation fait défaut.

Celui qui, se posant la question d'une vocation monastique, se présente au monastère, est tout d'abord accueilli à l'hôtellerie pour un ou plusieurs séjours à proximité de la communauté. Il est alors appelé "regardant".
Après ces quelques séjours, s'il ressent toujours un appel, il entrera au noviciat (lieu du monastère où vivent les novices) sous la direction du Père Maître : il devient "postulant". Le maître des novices est choisi en fonction de son aptitude à gagner les âmes ; il doit être prudent, bien imprégné de la discipline monastique, sachant communiquer aux jeunes la sagesse des Pères et capable de leur servir de guide.

cloitre-est-aiguebelleAu bout d'un an, si la communauté l'accepte, il prendra l'habit monastique et deviendra novice. Chez les cisterciens, l'habit de novice se compose d'une robe, d'un scapulaire et d'une chape blanche, en plus d'une ceinture. Le maître des novices aide les débutants à s'intégrer dans la famille monastique. Il les initie aux pratiques monastiques, particulièrement à l’œuvre de Dieu, à la lectio divina, à la prière et au travail manuel. Par leur prière et leur exemple, tous les frères les soutiennent et les entraînent à persévérer.

Au cours du noviciat on examine soigneusement si le novice tire un profit spirituel de sa participation à la vie monastique. Si vraiment il cherche Dieu, s'il est empressé à l’œuvre de Dieu, à l'obéissance, et, s'il est apte à vivre correctement, dans la solitude et le silence, les relations communautaires qui tissent la vie cistercienne dans l'Ordre, la communauté pourra l'admettre à la profession temporaire s'il le demande librement et une fois le noviciat accompli.

La profession temporaire est habituellement d'une durée de trois ans. Le scapulaire du jeune profès est noir et sa ceinture en cuir. Les vœux du moine sont au nombre de trois : vœu de stabilité, vœu de conversion de vie (chasteté et pauvreté) et vœu d'obéissance.
Après un ou deux ans, ou parfois quelque temps seulement avant sa profession solennelle, le jeune profès quittera le noviciat pour prendre sa place parmi les frères de la communauté. Il ne sera plus sous la direction du Père Maître, mais directement sous celle du Père Abbé.
La formation monastique se poursuit pendant le temps des vœux temporaires. Celle-ci est élaborée de telle sorte que, de plus en plus, les nouveaux profès entrent dans la connaissance du mystère du Christ et de l'Église ainsi que dans celle du patrimoine cistercien qu'ils s'efforcent de les faire passer dans leur vie.

auditorium-aiguebelleAu terme de la période des vœux temporaires, après avoir mûrement réfléchi et pris conscience de la gravité de l'acte qu'il s'apprête à poser, le frère, en toute liberté, présente à l'abbé sa demande en vue de la profession solennelle. Si celui-ci le juge apte, il l'y admet. Le profès pourra alors prononcer ses vœux solennels et être définitivement membre de la communauté monastique. Il revêtira alors la "coule" (une aube à longues manches), véritable habit du moine. Certains enfin, selon les besoins de la communauté et selon leurs désirs propres, seront appelés au sacerdoce.

Tout au long de leur vie, les frères exerceront différentes charges au service de la communauté dans une inlassable recherche de Dieu. Animés du souffle de son Esprit, dans la charité fraternelle et la fidélité à l'égard de l'Église, ils s'acheminent joyeusement vers la plénitude de l'amour, sous la protection de la bienheureuse Vierge Marie, Reine de Cîteaux, à la rencontre du Père.