Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

Samedi 27ème semaine du T.O.

Samedi, 10 Octobre 2020

Lettre Spirituelle d’HADEWIJCH D’ANVERS

Il est trois choses selon lesquelles on vit pour l’Amour, selon la Trinité ici-bas et selon l’Unité là-haut.
Premièrement, la raison fait désirer l’amour et la satisfaction de cet amour par les justes œuvres de charité parfaite. On veut être sans faute et digne de toute perfection. C’est ainsi qu’on vit le Fils de Dieu.
Ensuite épouser à toute heure la volonté de l’Amour avec un zèle nouveau, œuvré en toute vertu avec un désir débordant, illuminer toutes les créatures selon leur nature et la noblesse qu’on leur reconnaît, petite ou grande, en sorte qu’on accomplisse, dans l’amour et pour son honneur, la pure volonté de Dieu. C’est ainsi qu’on vit le Saint Esprit.
En troisième lieu, on se trouve contraint par une douce violence à la constante pratique de l’amour, on reçoit le courage, heureux et invincible désormais, d’affronter cet état où la passion fait croître la Bien-Aimée dans l’être du Bien-Aimé et s’en pénétrer en toute chose :
- travailler avec les mains de Celui-ci,
- cheminer avec Ses pieds,
- entendre avec Ses oreilles où la voix divine ne cesse de résonner,
- parler aussi par la bouche du Bien-Aimé, selon toute vérité de conseil, de justice, de pure douceur, de consolation impartiale, d’avertissement contre le mal,
- paraître comme le Bien-Aimé sans parure d’aucune sorte,
- ne vivre de rien ni pour personne, sinon d’amour et pour le Bien-Aimé,
- vivre seulement comme l’Aimé dans l’Aimé avec une seule conduite, une seule pensée, un seul cœur,
- goûter en lui, comme lui en nous-mêmes, la suavité indicible qui est le fruit de ses douleurs, - ah ! Oui, ne rien sentir que cœur à cœur, avec un seul cœur, un seul amour suave, avoir fruition l’un en l’autre de la plénitude d’amour, - savoir sans nul doute, d’une certitude toujours plus parfaite, que l’on est intégré dans l’Unité de l’amour. C’est ainsi que l’on vit le Père.
S’il est bien vrai que ceux qui vivent selon l’amour font mainte belle ascension avec l’Aimé dans l’Aimé, il s’agit cependant d’âmes qui, ayant grandi en tout ceci jusqu’à la plénitude, sont de fait réunies au sommet et y restent sans retour … quand l’Amour lui-même dit à l’âme : « C’est moi qui t’ai prise. C’est moi. Je te suis tout. Je te donne tout. »

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité