Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Mélodie cistercienne

30ème dimanche du T.O.

Dimanche, 25 Octobre 2020

Gaudium et spes du Concile VATICAN II

En réalité, le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné. En effet, Adam, le premier homme, était la figure de Celui qui devait venir, le Christ Seigneur. Nouvel Adam, le Christ, dans la révélation même du mystère du Père et de son amour, manifeste pleinement l’homme à lui-même et lui découvre la sublimité de sa vocation. Il n’est donc pas surprenant que les vérités de la foi trouvent en Lui leur source et atteignent en Lui leur point culminant.
"Image du Dieu invisible", Il est l’Homme parfait qui a restauré dans la descendance d’Adam la ressemblance divine altérée dès le premier péché. Parce qu’en Lui la nature humaine a été assumée, mais non absorbée, par le fait même, cette nature a été élevée en nous aussi à une dignité sans égale. Car par son Incarnation, le Fils de Dieu s’est en quelque sorte uni Lui-même à tout homme. Il a travaillé avec des mains d’homme, Il a pensé avec une intelligence d’homme, Il a agi avec une volonté d’homme, Il a aimé avec un cœur d’homme. Né de la Vierge Marie, Il est vraiment devenu l’un de nous, en tout semblable à nous, hormis le péché.
Agneau innocent, par son Sang librement répandu, Il nous a mérité la vie ; et en Lui, Dieu nous a réconciliés avec Lui-même et entre nous, nous arrachant à l’esclavage du diable et du péché. De la sorte, chacun de nous peut dire avec l’Apôtre : "Le Fils de Dieu m’a aimé et s’est livré Lui-même pour moi". En souffrant pour nous, Il ne nous a pas simplement donné l’exemple afin que nous marchions sur ses pas, mais il a ouvert une route nouvelle : si nous la suivons, la vie et la mort deviennent saintes et acquièrent un sens nouveau.
Devenu conforme à l’image du Fils, Premier-né d’une multitude de frères, le chrétien reçoit "les prémices de l’Esprit" qui le rendent capable d’accomplir la loi nouvelle de l’amour. Par cet Esprit, "gage de l’héritage", c’est tout l’homme qui est intérieurement renouvelé dans l’attente de la "rédemption du corps" : "Si l’Esprit de Celui qui a ressuscité Jésus-Christ d’entre les morts demeure en vous, Celui qui a ressuscité Jésus-Christ d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels, par son Esprit qui habite en vous".
Certes, pour un chrétien, c’est une nécessité et un devoir de combattre le mal au prix de nombreuses tribulations et de subir la mort. Mais associé au mystère pascal, devenant conforme au Christ dans la mort, fortifié par l’espérance, il va au-devant de la résurrection.
Telle est la qualité et la grandeur du mystère de l’homme, ce mystère que la Révélation chrétienne fait briller aux yeux des croyants. C’est donc par le Christ et dans le Christ que s’éclaire l’énigme de la douleur et de la mort qui, hors de son Évangile, nous écrase. Le Christ est ressuscité ; par sa mort Il a vaincu la mort et Il nous a abondamment donné la vie pour que, devenus fils dans le Fils, nous clamions dans l’Esprit : Abba, Père !

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité