Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Melodie cistercienne

Mercredi après l’Epiphanie

Mercredi, 6 Janvier 2021

Traité De la Trinité de Saint HILAIRE DE POITIERS

Tout l’Évangile nous parle du plan divin voulu sur le monde par le Père. La Vierge, son enfantement et le corps né d’elle, et plus tard la croix, la mort, la descente aux enfers, c’est pour notre salut !
Car c’est pour le genre humain que le Fils de Dieu est né de la Vierge et du Saint-Esprit. Ce dernier se met à son service pour ce faire : c’est à l’ombre de sa propre puissance, celle de Dieu, qu’il sème les premiers éléments d’un corps et fait jaillir la source de sa chair. Ainsi l’homme, fait à partir de la Vierge, recevrait en elle la nature de la chair, et, grâce à la communion créée par ce mélange, ce corps qu’est le genre humain serait sanctifié en lui. Et de même que tous sont créés en lui, puisqu’il se voulut un corps, de même, à l’inverse, par ce qu’il y a d’invisible en lui, il devait revivre en tous.
L’"Image du Dieu invisible" n’a donc pas repoussé la honte d’avoir commencé comme un petit d’homme ; et par la conception, l’enfantement, les vagissements du bébé et la crèche, il a parcouru toutes les misères de notre nature.
Et nous, finalement, que donnerons-nous en retour, qui soit à la hauteur d’un tel amour ? Dieu, le seul Unique-Engendré dont la source inénarrable est en Dieu, s’introduit dans le sein de la Vierge sainte sous la forme d’un minuscule corps humain, il y prend croissance ! Celui qui contient toutes choses, celui en qui tout est renfermé, celui par qui tout existe, est mis au monde selon la loi d’un enfantement humain ! Celui dont la voix fait trembler les Archanges et les Anges, celui qui est capable de désagréger le ciel, la terre, et tous les éléments du monde, fait entendre le vagissement de l’enfance ! Cet être invisible et incompréhensible qui ne saurait être embrassé par la vue, la pensée, le toucher, le voici enveloppé de langes, dans une crèche !
Qui se souviendra de ces traits indignes de Dieu, s’avouera redevable d’un bienfait d’autant plus grand que cela ne convenait pas à la majesté de Dieu ! Il n’avait nul besoin de se faire homme, celui par qui l’homme a été fait. Mais nous, nous avions besoin que Dieu se fît chair et qu’il habitât parmi nous, c’est-à-dire qu’il fasse sa demeure à l’intérieur même de toute chair, en prenant en lui une chair, l’unique chair de tous. Son humilité est donc notre noblesse, son abaissement, notre gloire. Ce qu’il est, lui, Dieu résidant dans une chair, nous le serons à notre tour, passant renouvelés, de la chair en Dieu.
Voyons par ailleurs la gloire qui accompagne la naissance de Jésus, ses vagissements et sa crèche. Les mages se prosternent devant l’indigence de la crèche. La divine allégresse qui anime les Anges rend hommage aux vagissements du nouveau-né. Se mettent au service de la pauvreté de sa naissance, et l’Esprit qui inspire le prophète, et l’Ange qui annonce ce mystère, et l’étoile qui brille d’un nouvel éclat. Ainsi la venue de l’Esprit et l’ombre du Tout-Puissant œuvrent-ils pour les apprêts de cette naissance !
Autre est ce que l’on comprend, autre est ce que l’on voit ! Autre est ce que perçoit l’œil, autre ce que perçoit l’esprit. Une Vierge enfante, mais l’enfantement vient de Dieu. Un bébé vagit, mais des anges font entendre leurs louanges. Voici des langes souillés, Dieu adoré ! Il ne perd donc pas la dignité due à sa puissance, celui qui prend l’humilité de la chair.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité