Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Melodie cistercienne

Jeudi après l’Epiphanie

Jeudi, 7 Janvier 2021

Sermon de Saint LÉON LE GRAND

Le Verbe de Dieu, Dieu lui-même, Fils de Dieu qui était au commencement auprès de Dieu, par qui tout a été fait et rien sans lui, s’est fait homme pour libérer l’homme de la mort éternelle. Et, sans nuire à sa majesté, il s’est abaissé pour revêtir notre bassesse au point que, demeurant ce qu’il était et assumant ce qu’il n’était pas, il unit en toute vérité la forme de l’esclave à la forme qui l’égale à son Père. Il souda l’une à l’autre les natures, et l’union fut telle que la glorification de la nature inférieure ne la fit pas s’évanouir, tandis que l’abaissement de la nature supérieure ne la diminua pas. Les caractères de l’une et l’autre essence étant donc saufs et tous deux se retrouvant dans la même personne, l’humanité fut assumée par la majesté, la faiblesse par la force, la mortalité par l’éternité. Pour acquitter la dette contractée par notre condition humaine, la nature inviolable s’unit donc à une nature passible, le vrai Dieu et l’homme véritable s’allièrent dans l’unité du Seigneur. Cela constituait pour nous le remède approprié puisqu’ainsi un seul et même médiateur entre Dieu et les hommes pouvait mourir d’une part et ressusciter d’autre part.
C’est donc à bon droit que l’enfantement de notre Sauveur ne causa pas la moindre atteinte à l’intégrité de la Vierge : comme elle avait gardé la pudeur, elle enfanta la vérité. Une telle naissance convenait donc bien, mes très chers frères, au Christ qui est à la fois force et sagesse de Dieu ; de cette manière, il s’adaptait à nous sous le rapport de l’humanité, en même temps qu’il nous dépassait par sa divinité. S’il n’avait pas été Dieu en toute vérité, il n’aurait pu nous apporter le remède et s’il n’avait été réellement homme, il ne nous aurait pas donné l’exemple.
À la naissance du Seigneur, les anges exultant de joie chantent : Gloire à Dieu au plus haut des cieux et ils annoncent paix sur la terre aux hommes de bonne volonté. C’est qu’ils voient se construire la Jérusalem céleste avec toutes les nations du monde. Quelle joie ne doit pas ressentir la bassesse des hommes devant une œuvre si indicible de l’amour divin quand les anges prestigieux s’en réjouissent à ce point !
Donc, mes biens chers frères, rendons grâces à Dieu le Père, par son Fils, en l’Esprit Saint. Par l’immense miséricorde avec laquelle il nous a aimés, ce Dieu a eu pitié de nous et nous a vivifiés avec le Christ et en lui, alors que nous étions morts par le péché. Ainsi sommes-nous devenus en lui une nouvelle créature, façonnés par lui de nouveau. Déposons donc le vieil homme avec toutes ses actions : nous avons participé à la naissance du Christ, renonçons aux œuvres de la chair. Reconnais, ô chrétien, ta dignité. Tu participes à la nature divine, ne retourne donc pas, par une manière de vivre indigne de ta race, à ton ancienne souillure. Souviens-toi de quelle tête et de quel corps tu es le membre ! Rappelle-toi que tu as été arraché au pouvoir des ténèbres, tu as été transféré dans le royaume de lumière, qui est celui de Dieu. Par le sacrement du baptême, tu es devenu le temple du Saint-Esprit ; ne mets pas en fuite un hôte de telle qualité par tes actions dépravées, et ne te remets pas sous la domination du diable, car le prix de ton rachat, c’est le sang du Christ. Et celui qui t’a racheté dans sa miséricorde te jugera dans sa vérité, lui qui règne avec le Père et l’Esprit Saint dans les siècles des siècles. Amen.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité