Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Melodie cistercienne

Saint Aelred

Mardi, 12 Janvier 2021

Miroir de la Charité de Saint AELRED DE RIEVAULX

Aucun des jours de la création n’est comparable au septième : nulle créature n’y fut créée, mais on met en relief le repos de Dieu lui-même et la perfection de toutes les créatures. Voici en effet, ce qui est écrit : “Le septième jour, Dieu acheva l’œuvre qu’il avait faite et se reposa de tout le travail qu’il avait accompli”. Grand est ce jour, grand est ce repos, grand est ce sabbat ! Puisses-tu le comprendre !
On ne lui attribue ni soir, ni matin, ni fin, ni commencement. Ce jour du repos de Dieu n’est donc pas dans le temps, mais il est éternel. Toi, tout à l’heure, tu t’imaginais Dieu travaillant dans le temps et se reposant dans le temps comme s’il était fatigué. Ce n’est point là se représenter Dieu, mais fabriquer une idole. Prends garde à toi : il n’y avait pas d’idole dans le temple de Jérusalem, qu’il n’y en ait pas dans ton cœur ! Dieu n’a pas fait quelque chose par son labeur, car il a dit et ce fut fait. Ce n’est pas que, fatigué, Il se soit reposé un certain jour, puisque le jour de son repos est éternel. Son repos est donc son éternité. Tu te l’étais imaginé semblable à toi, il aurait créé quelque chose parce qu’il avait besoin de créer pour se complaire dans la vue de sa créature et s’y reposer en y trouvant sa joie. Voilà pourquoi il n’est pas écrit qu’il trouve son repos en quelque créature, afin que tu saches qu’il n’a besoin de rien, qu’il se suffit à lui-même en tout, et qu’il n’a rien créé pour remédier à une indigence, mais pour satisfaire sa surabondante charité.
Bien mieux, il a créé toutes choses pour qu’elles soient, il les soutient pour qu’elles demeurent, et il les conduit toutes vers leur fin propre. Il n’est pas poussé à cela par la nécessité, mais par sa seule et très suave volonté. Il s’étend avec force d’une extrémité à l’autre par sa très présente et toute puissante majesté, mais il dispose toutes choses avec douceur, toujours en repos et faisant tout reposer dans sa très calme charité.
C’est elle son immuable et éternel repos, son éternelle et immuable tranquillité, son éternel et immuable sabbat. Elle seule est la raison pour laquelle il a créé ce qui devait être créé, a gouverné ce qui devait être gouverné ; c’est la raison pour laquelle il régit, met en mouvement, fait progresser, mène à la perfection ce qui doit l’être.
C’est donc avec beaucoup d’à-propos que son repos est évoqué là où l’on montre toutes choses arrivées à leur perfection. Car sa charité, c’est sa volonté elle-même. C’est aussi sa bonté même ; et tout cela n’est autre que son Être. Pour Dieu, en effet, être toujours c’est se reposer toujours dans sa douce charité, dans sa calme volonté, dans sa surabondante bonté.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité