Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Melodie cistercienne

Mercredi 2ème semaine du T.O.

Mercredi, 20 Janvier 2021

Le Père Tansi par le PÈRE GRÉGORY

Depuis le premier jour passé au Mont-St-Bernard, le Père Cyprien travaillait et priait pour le moment où il pourrait retourner au Nigeria porter à son peuple la vie contemplative.
Quand un moine cistercien fait profession, il fait le vœu de stabilité. Par ce vœu, il promet de vivre et de mourir dans la même communauté où il a fait profession. L’obéissance peut l’envoyer n’importe où pour un temps, mais il devra toujours retourner dans son abbaye quand il aura fini de rendre service ou quand ses études seront terminées. Aussi le Père Cyprien ne pouvait pas entrer au Noviciat du Mont-St-Bernard, ni faire le vœu de stabilité tant qu’il garderait le projet de retourner au Nigeria et de rester sous la juridiction de Mgr Heerey, leur archevêque.
On lui laissa alors le libre choix : soit de retourner au Nigeria en octobre, soit de se préparer à faire profession au Mont-St-Bernard. Au reçu des deux décisions qui lui avaient été communiquées, l’archevêque écrivit au Père Abbé Malachie : "Eh bien, maintenant, il est vôtre. Le Père Cyprien est prêt à revenir au Nigeria si je le lui demande, mais il n’a aucun doute au sujet de sa vocation de Cistercien. Aussi je ne lui demande pas de revenir. Il est vôtre maintenant".
Le 8 décembre de cette année, le Père Cyprien prononça ses vœux simples en tant que moine de l’abbaye du Mont-St-Bernard. Ce fut pour lui un changement radical, puisque jusqu’à ce moment, il avait vu dans son séjour au Mont-St-Bernard une manière de se préparer à implanter la vie contemplative dans son propre pays. Il dut avoir l’impression qu’une fondation au Nigeria n’aurait jamais lieu. Il ne discutait pas la volonté de Dieu, mais essayait de mener la vie cistercienne aussi parfaitement que possible.
Cyprien passa alors au Scolasticat et commença l’étude plus approfondie de la Théologie et de l’Écriture. Il resta là pendant trois ans sous la direction du Père Antoine. Selon les paroles de Saint Benoît : "Le monastère est une École du service de Dieu", et ceux qui y entrent essaient de suivre d’une manière spéciale l’invitation de Notre-Seigneur à "être parfaits comme votre Père céleste est parfait". Pourtant la lutte n’est pas moins réelle au monastère que dans le monde. À en croire le directeur spirituel de Cyprien, "s’il a acquis la réputation d’une grande humilité et d’un grand effacement, il l’a dû à une lutte longue et héroïque avec lui-même et à sa coopération à la grâce divine". Ceux qui le connaissaient bien disaient qu’il avait un complexe d’infériorité dont il n’a jamais pu se défaire complètement. De plus, la vie en communauté n’était pas toujours facile pour Cyprien. Pendant huit ans il travailla à la reliure dans une toute petite pièce froide, au-dessus de la cage d’escalier. Il ne s’en est jamais plaint.
Le 8 décembre 1956, Cyprien fit ses vœux solennels et perpétuels. Il devint alors membre à part entière de la communauté. Il quitta le Scolasticat pour aller dans le grand Scriptorium où il reçut un bureau pour étudier. Chaque fois que la porte s’ouvrait Cyprien se trouvait dans un courant d’air, mais il ne demanda jamais à changer de place.
Pendant les huit dernières années de sa vie, il mena la vie d’un moine ordinaire. "Il a bien vécu, dit-on, celui qui n’a pas laissé de traces de son passage". Quelques-uns seulement de ses frères ont perçu le caractère volontairement ordinaire de cette existence. Cyprien travaillait pour accomplir totalement sa vocation qui était de suivre le Christ dans sa vie cachée à Nazareth, et de participer par la prière et la pénitence à la Rédemption du Christ dans le monde entier.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité