Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Melodie cistercienne

3ème dimanche du T.O.

Dimanche, 24 Janvier 2021

Commentaire sur l’épître aux Romains du Bx GUILLAUME DE SAINT-THIERRY

“Dieu, en envoyant son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, a condamné le péché dans la chair, pour que la justice de la loi soit accomplie en nous, qui ne marchons pas selon la chair mais selon l’Esprit”. Cherchons donc quelle est cette justice de la loi. Paul l’appelle justice de la loi, parce qu’elle fut donnée pour que la loi soit observée. Est-ce à dire, réparation du passé, garantie pour l’avenir ? Mais il ne pouvait avoir de réparation de la part d’une nature viciée par le péché, lui-même produit de la nature ; il ne pouvait avoir non plus de garantie pour l’avenir de la part de l’homme exclu de la grâce. Telle est donc la faiblesse de la loi vue du côté de la chair.
Vint donc le Fils Unique du Père, "plein de grâce et de vérité". Tellement plein de grâce, que non seulement celle-ci abondait en lui, mais encore qu’elle débordât de lui sur nous, car "de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce pour grâce". Car il nous a donné d’abord la foi, ensuite l’espérance, comme prix de la foi ; et l’espérance n’a pas déçu, car bientôt la charité de Dieu fut répandue dans nos cœurs par l’Esprit Saint. Et lorsque l’Esprit nous est donné, Il nous incite à espérer autant que nous croyons, à aimer autant que nous espérons et que nous croyons : et ceci, c’est l’accomplissement de la loi et de la justification.
Lors de la venue du Fils Unique de Dieu dans le monde, le prince de ce monde accourut vers lui ; bien que celui-ci n’ait aucun droit sur lui, Dieu lui permit de le mettre à mort. En donnant lui-même au pécheur repentant la justice que lui confère sa mort innocente, le Fils lui mit dans le cœur sa foi et sa charité, son témoignage de reconnaissance dans la bouche pour obtenir le salut, ainsi que son corps et son sang dans la main. Puis, après avoir condamné le péché du présomptueux et pardonné le péché du pénitent, présentant alors à Dieu le Père l’homme devenu sien, l’homme coupable, mais ainsi racheté, il le rendit agréable à Dieu et digne, dans le sacrifice qui justifie.
Telle est la rédemption que tu as envoyée à ton peuple, Seigneur ; telle est ta justice, pour laquelle ton pauvre t’implore chaque jour des confins de la terre, criant : "Dans ta justice, délivre-moi". Telle est ton œuvre pour laquelle le Prophète formule cette demande : "Seigneur, que ton œuvre soit vérité".
Oui, ton œuvre devient pour nous vérité, lorsque nous t’offrons ce sacrifice qui est le tien. Lorsque nous commémorons dans le véritable sacrement de la foi et la pieuse affection de notre cœur, ce que tu as fait pour nous, la foi, telle une bouche, le reçoit et l’espérance rumine le plat savoureux et bienfaisant de ta grâce que la charité a cuit pour notre vie et notre salut. Car c’est là que tu te montres à l’âme qui te désire, accueillant l’embrassement de son amour et la baisant du baiser de ta bouche ; là, comme dans un baiser d’amour, elle répand en toi son esprit et tu répands le tien en elle, pour que vous deveniez un seul corps et un seul esprit lorsqu’elle reçoit ainsi ton corps et ton sang.
Là encore, la conscience n’est pas seulement purifiée des œuvres de mort, mais elle est encore fortifiée pour le service du Dieu vivant et remplie des fruits de la vie et de l’esprit, puisque la justice de la loi est parfaitement accomplie en elle. Et, de même que tu t’es montré à nous, si l’on peut dire, jusqu’au mépris de toi-même, tes fils doivent s’engager à ton service jusqu’au mépris d’eux-mêmes.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité