Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

chant aiguebelle"Donner sa vie"
T.: Didier Rimaud - M. : Marcel Godard



"Exulte de toutes tes forces"
T.: AELF - M. : Aiguebelle



"Salve"
M. : Melodie cistercienne

Saints Fondateurs

Mardi, 26 Janvier 2021

Lettre Optaremus au Chapitre Général du BIENHEUREUX EUGÈNE III

Ne pouvant être personnellement présent dans votre sainte assemblée, fils très chers, notre lettre vous manifeste notre présence par l’esprit et, pour autant qu’il est permis, nous nous tenons parmi vous, répondant ainsi à votre charité et à votre désir.
Situé au sommet de la montagne, exposé à tous les tourbillons des vents, nous espérons pouvoir tenir bon, face à la tempête, par le don de Dieu, si nous méritons d’obtenir votre intervention auprès du Seigneur. Et pour avoir pleine confiance que vous interviendrez ainsi, nous ne nous fions pas à notre mérite, mais nous confions ceci à vos prières : nous souhaitons que votre charité ne cesse de se préoccuper des choses de Dieu, de l’observance de l’Ordre, de la pratique de la règle, et que, méprisant ce qui est en arrière, chacun d’entre vous se porte vers ce qui est en avant, de sorte qu’aucun nuage n’obscurcisse vos œuvres et n’empêche vos prières d’atteindre Dieu.
Chaque fois que vous êtes rassemblés, fils très chers, ayez la commune sollicitude de corriger ce qui, en certains d’entre vous, doit être corrigé, et de statuer ce qui doit l’être pour le salut des âmes et la sauvegarde de l’ordre, parce que celui qui méprise les petites choses, peu à peu s’effondre. Ne laissez pas sans le corriger ce qui vous paraît de moindre importance. C’est bien inutilement qu’il fermerait les portes de la cité aux ennemis, celui qui leur laisserait ouverte une brèche par où passer. Comme dit l’Écriture : “La voie d’eau qui n’est pas colmatée causera le même désastre que la tempête déchaînée”.
Regardez, je vous prie, vers vos anciens Pères qui ont fondé notre saint 0rdre ; voyez-les abandonner le monde, méprisant tout et laissant aux morts le soin d’enterrer leurs morts, pour voler vers la solitude et, laissant à d’autres le ministère auprès du peuple, s’asseoir eux-mêmes aux pieds de Jésus avec Marie. Ils recevaient avec d’autant plus d’abondance la manne venue du ciel qu’ils s’étaient plus éloignés de l’Égypte. Ils ont quitté leur patrie et leur parenté, oublié leur peuple et la maison de leur père : voilà pourquoi le roi a désiré leur beauté et a fait d’eux une race immense, qui a essaimé jusqu’aux extrémités du monde, au point que l’éclat de leur rayonnement illumine le corps entier de l’Église. La femme de Sarepta, à leur voix, a rempli de nombreux récipients de ce peu d’huile qu’elle portait dans sa fiole. Ils ont reçu les prémices de l’Esprit et l’huile suave a coulé jusqu’à nous.
Il vous faut donc réfléchir attentivement et agir de telle sorte que vous ne déméritiez point de leurs vertus, mais, au contraire, que le rejeton soit tel que fut la souche. Vous avez reçu d’eux la semence de vie : développez avec eux le même plant et le même fruit.
Ceux qui ont laissé éteindre leurs lampes vous demandent un peu de votre huile ; ceux, en grand nombre, qui se sont vautrés comme des bêtes de somme dans leur fumier souhaitent se confier à votre ministère, considérant votre grâce qui vient d’en haut : ils désirent se confier à vos prières. Les fils de ce siècle s’efforcent de vous entraîner, même malgré vous, pour que vous les dirigiez : du repos de la contemplation et du silence du désert ils veulent vous arracher et vous attirer dans les occupations et les affaires. Remémorez-vous les décisions de vos Pères et, à l’exemple du psalmiste, choisissez d’être comptés pour rien dans la maison de Dieu plutôt que d’habiter parmi les infidèles. Vous n’avez rien que vous n’ayez reçu : estimez donc la bonté du Seigneur, mais ayez de vous une pensée humble. Ainsi on verra que vous marchez sur les traces de celui qui a dit : “Lorsque vous aurez fait tout ce qui est bien, dites : nous sommes des serviteurs inutiles”.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité