Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

3ème dimanche de Pâques

Dimanche, 1 Mai 2022

Sermon de Saint AUGUSTIN

La Résurrection du Seigneur Jésus-Christ est le cadre de la foi chrétienne. Car homme, il est né de l'homme en un temps précis, mais Dieu, il est né de Dieu, il est Dieu hors du temps. Donc, né dans une chair mortelle, à la ressemblance de la chair de péché, Il a pris sur lui la petite enfance, est passé par l'adolescence, puis est devenu un jeune homme, et de là, fut conduit à la mort : tout cela servait à sa résurrection. Car il ne serait pas ressuscité s'il n'était pas mort ; Il ne serait pas mort s'il n'était pas né. Sa naissance comme sa mort, étaient ordonnées à sa résurrection.

 Beaucoup, païens ou impies, bien qu'ils ignorent sa naissance virginale, croient que le Seigneur Christ est un homme, né d'un homme. Amis comme ennemis, ils ont cru que le Christ a été crucifié et qu'il est mort. Mais seuls ses amis l'ont connu ressuscité. Pourquoi donc ?

 Le Seigneur Christ qui a voulu naître, qui a voulu mourir, s'est proposé de ressusciter ; c'est là ce qui fonde notre foi. Car dans notre condition, la condition humaine, nous connaissons deux choses : le naître et le mourir. Pour nous apprendre aussi ce que nous ne connaissions pas, le Seigneur a reçu ce que nous connaissions. Il s'est accoutumé à notre pays, à notre condition mortelle où l'on sait si bien ce que c'est que naître et mourir. On est si bien accoutumé à ces deux choses qui ne cessent pas sur la terre et ne peuvent être dans les cieux ! Mais qui savait que l'on puisse ressusciter et vivre éternellement ?

 Cette nouveauté, Celui qui vient de Dieu l'apporte dans notre pays. Il se fait homme pour l'homme. Merveilleuse compassion ! Il se fait homme, Celui qui fit l'homme. C'était peu pour le Christ d'être ce qu'il était. Il voulut faire mieux et se faire celui qu'il avait fait. Qu'est-ce à dire se faire celui qu'il avait fait ? Il se fit homme, lui qui avait fait l'homme. Telle fut sa compassion.

 Le pays où l'on a en abondance le naître et le mourir est donc un pays de misère. Les hommes cherchent à être heureux dans un pays de misère ; ils cherchent l'éternité au pays de la mort. Mais le Seigneur nous dit, la Vérité nous dit : "Ce que vous cherchez n'est pas ici, car cela ne vient pas d'ici". Vous cherchez une bonne chose, ce que veut tout homme ; vous cherchez une bonne chose, car il est bon de vivre. Mais nous sommes nés pour mourir. Ceux qui désirent la vie ne l'obtiendront pas de ceux qui vont mourir, et c'est pourquoi ils n'en sont que plus malheureux. Car si nous étions morts et voulions vivre, nous ne serions pas très malheureux ; mais nous voulons vivre et nous sommes acculés à la mort ! Aussi sommes-nous très malheureux !

 Mais vient notre Seigneur Jésus-Christ, et il nous dit en quelque sorte : "Pourquoi craignez-vous, hommes que j'ai créés et que je n'ai pas abandonnés ? Ô hommes, votre perte vient de vous, mais la création vient de moi. Ô hommes pourquoi craignez-vous de mourir ? Voici que je meurs, voici que je souffre. Ne craignez plus ce que vous craigniez, car je vous montre ce qu'il faut espérer." 

 C'est bien ce qu'il a fait : il nous a montré que nous ressusciterons pour l'éternité. La Résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ est donc bien ce qui définit notre foi. Vous vivrez, si vous vivez ; je veux dire vous vivrez pour l'éternité, si vous avez bien vécu ici-bas. Ne craignez pas le mal de mourir, mais craignez de mal vivre. Tout homme craint ce que personne n'évitera, et ne fait pas ce qu'il peut faire. Ne pas mourir, tu ne peux le faire, mais vivre bien, tu le peux. Fais ce que tu peux et ne crains pas ce qui n'est pas en ton pouvoir.

 

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité