Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Jeudi 3ème semaine de Pâques

Jeudi, 5 Mai 2022

Christ est ressuscité de JEAN GUITTON

Qui est Jésus ressuscité ? C’est un Christ vainqueur. C’est le Christ en qui tout s’ordonne et tout se récapitule. C’est un Christ, comme le dit la finale de l’Évangile de Matthieu, qui a reçu tout pouvoir sur le ciel et sur la terre. C’est un Christ qui englobe le monde, un Christ dominateur. C’est un Christ qui n’est pas enveloppé par le cosmos, mais qui enveloppe et contient le cosmos, non seulement parce qu’il est maître de la matière, de la pesanteur et de la gravitation, mais aussi parce qu’il paraît dominer les limites du moment présent, voir plus loin et plus haut, avoir une régence sur ce que nous appelons "l’histoire". Si l’on en croit les évangiles synoptiques, les apôtres avaient déjà fait une expérience du Christ dans cet état "au-delà du monde", lors de la Transfiguration.

C’est là que se situe le choc, l’intuition, l’expérience originale de la Résurrection. Elle n’est pas seulement une victoire sur la mort, mais le passage de la mort à la vie, à la vie sous une forme qui n’est plus biologique et historique, qui est caractérisée par la souveraineté de l’esprit sur le corps et de Dieu sur l’esprit, c’est l’existence de la gloire, attribut dans lequel aux yeux des juifs, Dieu réside. Et l’on peut comprendre, de ce point de vue, que la mort soit définie comme une nouvelle naissance, la seule naissance et dont la première est la figure. Il faut encore aller plus loin et dire que Jésus, quand il est aperçu à nouveau par ceux qui l’avaient vu vivant, qui l’ont vu mourant et mort, n’est pas seulement un être exceptionnel et surhumain, mais qu’il se montre cette fois-ci identique par ses pouvoirs sinon par son essence à cet Être absolu qui ne peut pas avoir d’identique et que les juifs appelaient : "Celui qui est", que Jésus appelait "mon Père". De sorte que les expériences faites sur le Christ ressuscité confirmaient aux yeux des siens les affirmations que Jésus avait faites sur lui-même pendant sa vie mortelle, et qui portaient à conclure qu’il s’attribuait les prérogatives incommunicables qui, selon les juifs, caractérisaient l’Être unique et infini : Dieu seul.

Ainsi, la Résurrection achève-t-elle le portrait de Jésus, et cela en un double sens : c’est ce double sens qui nous place au foyer du mystère. Le mystère de Jésus tient en ce fait qu’il est à la fois et en même temps un être semblable aux autres, ayant tous les caractères de l’homme – et même de l’homme ordinaire, avec sa simplicité, sa familiarité, son langage, ses limites et ses faiblesses –, et qu’il est, d’autre part, possesseur d’une sublimité indéfinissable, parce que le fond de son être possède les attributs de la toute-puissance, de la seigneurie totale. Nous exprimons cette réalité incompréhensible dans les termes connus : Jésus est Dieu et homme, il a deux natures, l’une humaine, l’autre divine, mais sa personne est divine.

 

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité