Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Samedi 5ème semaine de Pâques

Samedi, 21 Mai 2022

Sermon de Saint AUGUSTIN

Prêtez attention aux paroles de Jean : "Si vous m'aimiez, vous vous réjouirez de ce que je vais au Père, car le Père est plus grand que moi". Comment comprendre ces paroles : "Le Père est plus grand que moi" ? Frères, autant que le Seigneur m'inspire de le comprendre, ce sont à la fois des paroles de reproche et de consolation. La pensée des disciples était fixée sur l'homme, ils ne pouvaient penser qu'il était Dieu. Il fallait pour cela que l'homme s'éloigne loin d'eux, qu'il aille loin de leurs regards, pour que privés de cette connaissance familière que leur donnait son corps, l'absence de sa chair leur apprenne à le considérer comme Dieu. Voilà pourquoi il leur dit : "Si vous m'aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais au Père".

"Si vous m'aimiez", qu'est-ce à dire ? Cela ne signifie-t-il pas : Vous ne m'aimez pas ? Qu'aimez-vous donc ? La chair que vous voyez. Car vous ne voulez pas qu'elle disparaisse à vos yeux. Mais "si vous m'aimiez" ! Qui est donc ce "moi" ? Jean lui-même le dit : "Au commencement était le Verbe ; et le Verbe était près de Dieu et le Verbe était Dieu." Si donc vous m'aimiez en tant que celui par qui toutes choses ont été faites, "vous vous réjouiriez de ce que je vais au Père". Pourquoi ? "Car le Père est plus grand que moi". Tant que vous me voyez sur la terre, le Père est plus grand que moi. Je me soustrairai donc à vos yeux, je déroberai à vos regards cette chair mortelle que j'ai prise en raison de votre nature mortelle ; vous commencerez à ne plus voir ce vêtement endossé par humilité. Toutefois, je l'élèverai dans les cieux pour vous apprendre ce qu'il vous faut espérer.

Car le Christ n'a pas laissé ici cette tunique qu'il a voulu revêtir. S'il l'avait laissée ici, nous aurions tous désespéré de la résurrection de la chair. Maintenant qu'il l’a élevée dans les cieux, il y en a encore qui doutent de la résurrection de la chair. Si Dieu la montre en lui-même, faut-il que l'homme la nie ?

Dieu a pris cette chair par pitié, l'homme l'a de par sa condition. Le Fils n'en est pas devenu inférieur au Père, bien que par son incarnation, le Fils se soit un tant soit peu dessaisi de cette égalité avec le Père qu'il n’a jamais perdue. En recevant la chair, Dieu n'en a pas été changé, comme celui qui revêt un habit n'en est pas changé, mais demeure sous son habit l'homme qu'il était. Supposons un ministre qui veuille entrer dans un cachot pour y consoler un prisonnier ; il ne peut y entrer avec son habit de ministre ; aussi revêt-il une tenue de prisonnier, de sorte qu'on le voit avec un vêtement inconvenant, en raison de son humanité. Mais au-dedans, demeure la dignité de ministre, d'autant plus grande qu'il a consenti, par une belle compassion, à revêtir un humble habit. Il en est ainsi du Seigneur : il demeure Dieu, il demeure le Verbe, il demeure la Sagesse, il demeure la Puissance de Dieu ; il demeure aussi celui qui régit les cieux, il demeure celui qui dirige la terre, comble les anges, tout entier partout, tout entier dans le monde, tout entier dans les patriarches, tout entier dans les prophètes, tout entier dans les saints ; il est tout entier dans le sein de la Vierge pour y revêtir notre chair, pour se l'unir comme une épouse, de manière à sortir de ce sein comme l'époux sort de son pavillon, pour épouser l'Église, comme une vierge chaste. S'il est inférieur à son Père, c'est qu'il est homme ; mais il est égal à son Père parce qu'il est Dieu.

Ôtez donc de votre cœur tout désir charnel. Le Seigneur veut dire à ses Apôtres : "Vous ne voulez pas me quitter, comme un ami ne veut pas quitter son ami, mais il est meilleur pour vous de ne plus voir cette chair et de penser à ma divinité. Je me dérobe à vous extérieurement, mais je vous remplis intérieurement de ma présence". Serait-ce selon sa chair et avec sa chair que le Christ pénètre en nos cœurs ? Il possède notre cœur par sa divinité. Habitant au-dedans de nous, il nous convertit de l'intérieur, nous donne la vie à partir de lui ; il nous forme à partir de lui, car il est la forme incréée de toutes choses.

 

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité