Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Mercredi 18ème semaine du T.O.

Mercredi, 3 Août 2022

Conférence du Père TIMOTHY RADCLIFFE

Si la foi vit sur la frontière entre foi et doute, l’espérance, elle, où est-elle la plus vivante ?
Dans l’évangile de saint Jean, il n’y a pas de récit de la Cène, Jésus ne partage pas le pain et le vin. A la place, il a une tout autre manière d’exprimer l’espérance. Celle-ci, pour Jean, prend une forme extraordinaire, qui est de vivre paisiblement, calmement, ce moment-ci avec ses amis. Judas est invité à faire ce qu’il a à faire ; et Jésus dit ouvertement que Pierre le reniera. Mais au lieu d’entrer en ébullition ou de s’enfuir, ils se contentent de partager ce moment ensemble. Jésus, pour exprimer son espérance, se contente d’être avec eux face à la catastrophe. C’est une façon, là encore, d’exprimer l’espérance : simplement vivre le moment présent. Il n’existe pas d’autre moment. Le passé est fini et le futur est encore à venir. La foi vit sur la frontière entre la tradition et l’incroyance, l’espérance, sur la frontière entre le présent et le futur.
Seul existe le moment présent. Maître Eckhart, le mystique dominicain du quatorzième siècle, disait « Il n’y a qu’un Maintenant ». Espérer, au quotidien, c’est avoir confiance que ce moment-ci est le point de départ du voyage vers Dieu et le bonheur. Je pourrais préférer être ailleurs, dans les Caraïbes, à siroter un verre de rhum, … Mais c’est ici que je suis, et c’est ici et maintenant que Dieu m’offre un avenir. L’espérance nous invite à vivre maintenant, parce que ce moment-ci est gros de l’avenir... Ce qui signifie que vous n’êtes réellement vivant que si vous vivez ce moment-ci au lieu de vous mettre martel en tête pour le passé ou le futur. L’espérance ne consiste pas à fantasmer sur tout ce qui nous attend d’heureux après notre mort, sinon, nous nous retrouverons morts avant d’avoir trouvé le temps de vivre. C’est en vivant ce moment-ci que nous nous préparons à la vie éternelle…
Jésus, lui, vivait au présent. Il voit Zachée là-haut sur l’arbre et lui dit : « Zachée, descends vite, car il me faut aujourd’hui demeurer chez toi » (Lc 19,5) ; et plus loin : « Aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison, parce que lui aussi est un fils d’Abraham ». Ou encore : « C’est le jour qu’a fait le Seigneur, réjouissons-nous et soyons dans la joie en ce jour ». Et par-dessus tout dans le Sermon sur la montagne : « Ne vous inquiétez donc pas pour demain en disant : qu’allons-nous manger ? Qu’allons-nous boire ? De quoi allons-nous nous vêtir ? Ce sont là toutes choses dont les païens sont en quête. Or votre Père céleste sait que vous avez besoin de tout cela » (Mt 6, 31)… Dans l’espérance, nous osons vivre ce moment. Il est le fruit du passé, et il est gros du futur. D’un futur incertain.
Nous avons sans aucun doute besoin de l’eucharistie comme signe d’espérance en ces jours sombres. Mais j’aimerais ajouter qu’il revient à une espérance chrétienne d’oser vivre ce moment et le voir comme gros du futur. La tentation des « conservateurs », comme on dit, c’est de se retirer dans un passé qui n’existe plus ; la tentation des « progressistes », d’embrasser un futur qui n’existe pas encore. Mais il nous faut vivre le moment présent, qui est le fruit du passé, et le germe du futur.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité