Horaire des Offices

 
Semaine
 
Dimanches et Solennités
 
 
 
 
Vigiles
4 h 00
  Vigiles
4 h 00
Laudes
7 h 00
  Laudes
7 h 30
Messe
7 h 30
  Tierce
9 h 15
Tierce
9 h 15
  Messe
10 h 30
Sexte
12 h 15
  Sexte
12 h 15
None
14 h 15
  None
14 h 15
Vêpres
18 h 00
  Vêpres
18 h 00
Complies
20 h 00
  Complies
20 h 00

 

Les offices sont de nouveau accessibles. Compte-tenu des consignes sanitaires actuelles, merci de veiller à garder à l'église une distance de 2m entre chaque personne. Les membres d'une même famille peuvent rester ensemble. Le port du masque est recommandé.

Quelques chants liturgiques...

Le chœur de la communauté d'Aiguebelle

Queue is empty
-- / --
xmlns="http://www.w3.org/2000/svg" xmlns:svg="http://www.w3.org/2000/svg">
  • "Donner sa vie" - T. : Didier Rimaud - M. : Marcel Godard
  • "Exulte de toutes tes forces" - T. : AELF - M. : Aiguebelle
  • "Salve" - M. : Mélodie cistercienne

 

Transfiguration

Samedi, 6 Août 2022

Homélie de PIERRE LE VÉNÉRABLE

Quoi d’étonnant si le visage de Jésus devint comme le soleil, puisqu’il est lui-même un Soleil ? Quoi d’étonnant si la face du Soleil devient comme le soleil ? C’était un Soleil, mais caché sous un nuage, et maintenant, le nuage éloigné, il brille pour un court moment. Qu’est-ce à dire ? Comment le nuage s’est-il éloigné ? Ce n’est pas la chair, mais la faiblesse de la chair qui a disparu pour un moment. C’est ce nuage dont le prophète a dit : "Voilà que le Seigneur montera sur un léger nuage". Le nuage, c’est la chair couvrant la divinité ; il est léger, car cette chair ne porte en elle rien de mal. Nuage, il cache le resplendissement de la divinité ; léger, car il s’élève jusqu’à la splendeur éternelle. Nuage, car on lit dans les Cantiques : "À l’ombre de celui que j’avais désiré, je me suis assise" ; léger, car c’est la chair de "l’Agneau qui enlève les péchés du monde" ; ceux-ci enlevés, le monde qui n’est plus appesanti par les péchés, s’élève dans les hauteurs des cieux.
Cette "lumière qui éclaire tous les hommes", habituellement voilée par le nuage de la chair, a brillé aujourd’hui ; glorifiant aujourd’hui la chair elle-même, elle l’a montrée, déifiée, aux apôtres, et par eux, au monde. Toi de même, Cité bienheureuse, tu jouiras pour toujours de cette contemplation du soleil, quand "descendant du ciel, ornée par Dieu, tu seras parée comme une épouse pour son Époux". Ce Soleil ne se couchera plus pour toi, demeurant toujours le même, il t’assurera la sérénité d’un éternel matin. Ce Soleil ne sera plus caché par des nuages, mais brillant sans cesse, il te réjouira sans trêve de sa lumière. Ce Soleil n’éblouira plus tes yeux, mais te donnant force pour le voir, il te charmera de sa lumière divine. Il n’aura nulle éclipse, car la douleur ne te cachera plus son éclat. Désormais, "il n’y aura ni mort, ni deuil, ni souffrance, ni cris", pour obscurcir la splendeur qui te sera donnée par Dieu ; Jean dit, en effet, du ciel : "Le premier ciel a disparu".
C’est de ce Soleil dont le prophète a dit : "Tu n’auras plus le soleil comme lumière, pendant le jour, et la clarté de la lune ne t’illuminera plus ; mais le Seigneur ton Dieu sera ta lumière éternelle". Telle est pour toi la lumière éternelle qui rayonne de la face du Seigneur. Tu entends sa voix, et tu apprends que son visage brille comme le soleil. Comprends dans son visage, (ce par quoi on reconnaît quelqu’un), la connaissance que tu en auras ; et dans l’éclat dont il brille, la clarté dont brillent ceux qui le connaissent. Ici-bas, la foi te fait croire en lui ; là-haut tu le connaîtras en lui-même. Ici-bas, tu le saisis par ton intelligence ; là, tu le comprendras. Ici, tu le vois "dans un miroir et comme en énigme ; là, tu le verras face à face". Le connaissant alors "tel qu’il est", nous serons illuminés pour toujours par la splendeur de ce Soleil ; tu en seras éclairé et rayonnant d’une lumière incomparable et bienheureuse. Le visage du Seigneur resplendissant alors sur toi, s’accomplira ce que jadis avait souhaité le prophète : " Qu’il fasse briller sur nous son visage ! "
Ce visage, c’est donc la face du Seigneur qui a resplendi sur la montagne comme un soleil, et qui brillera dans le ciel comme le soleil. Dans cette lumière de la vraie connaissance, tu te réjouiras sans fin comme on l’a dit ; dans cette lumière, tu marcheras sans fatigue. Dans cette lumière, tu verras la lumière éternelle.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité