Saint Antoine de Padoue

Mercredi, 13 Juin 2018

Sermon sur la Rédemption de LACORDAIRE

Est-ce à quelques hommes choisis et rares, qu’a été dite cette parole : "Allez et enseignez" ? Dans l’Église catholique, l’apostolat est-il une particularité ou une généralité ? Est-ce à ses disciples seulement que le Christ a dit : "Allez et enseignez" ? Non ! L’Église tout entière est solidaire de tout ce qui se fait dans l’Église. Il y a communion de tout et en tout entre tous les membres de la famille du Christ. Dire : "Ceci est le devoir de tels chrétiens dans l’Église et n’est pas mon devoir à moi", c’est dire une parole qui n’est pas chrétienne. Saint Pierre, s’adressant aux premiers fidèles, leur disait : "Vous autres, vous êtes la nation sainte, la race élue, le peuple acquis à Dieu, le sacerdoce royal, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière", en sorte que, héritiers de la lumière par nos ancêtres, nous sommes les dispensateurs de la lumière à nos contemporains et à notre postérité. Ce n’est pas seulement pour vous que le Soleil de justice a été allumé en vous, c’est pour qu’il éclaire tout autour de vous. Dans la nature, vos yeux mêmes n’ont pas reçu la lumière pour la garder ; ils la réfléchissent ; ils rendent compte de votre âme au-dehors, et quiconque veut communiquer avec vous, regarde dans vos yeux pour y discerner la lumière qui y est, et par elle, cette lumière plus éclatante qui est votre esprit. Vous rayonnez dans tout ce que vous êtes, et par conséquent, si vous avez le rayonnement naturel de toutes vos facultés, de toutes vos puissances, combien plus devez-vous l’avoir dans l’ordre surnaturel, qui est essentiellement un ordre de dévouement et de charité ? Il est donc certain, mes frères, d’après l’Écriture et d’après la Tradition, que lorsque Dieu a dit : "Allez et enseignez", il l’a dit à son Église avec laquelle il est jusqu’à la fin des temps. C’est son Église qui est apostolique, et ce titre, qui convient à l’Église en général, convient par solidarité de communion à chaque fidèle en particulier. Chaque fidèle est un dans la vérité et dans le ministère hiérarchique, qui sont un ; chaque fidèle est saint dans la morale et la pratique de l’Évangile, qui, l’une et l’autre, sont saintes ; chaque fidèle est catholique dans le lien de l’universalité qui le contient avec tous les autres ; chaque fidèle est apostolique, parce qu’il lui a été donné une lumière qu’il doit répandre sur tous. Et, de fait, quel est celui d’entre vous qui ne communique pas la vérité qu’il possède et qui ne sente pas qu’envers ses frères, ses sœurs, ses enfants, ses parents, ses amis, en un mot, partout où s’étend son action, il a un droit, un devoir de communiquer la foi qui est en lui ? Quel est le chrétien qui ne se soit jamais ému en songeant aux incrédules qui l’entourent, qui n’ait gémi, prié, invoqué l’Esprit Saint ? Si nous sommes apostoliques, nous devons contribuer à l’apostolat. Nous devons tous proclamer que ce n’est pas un vain titre que nous avons porté, et que nous portons.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...