Vendredi 28ème semaine du T.O.

Vendredi, 19 Octobre 2018

Discours de l’état et des grandeurs de Jésus de Pierre de BERULLE

Le divin mystère de l’Incarnation est l’œuvre suprême de la divinité, le chef d’œuvre de sa puissance, de sa bonté et de sa sagesse, l’œuvre propre de Dieu. Œuvre incompréhensible et qui comprend Dieu même ; œuvre et triomphe de l’Amour incréé, auquel l’amour triomphe heureusement de Dieu même ; œuvre et mystère uniques et singuliers au monde que la sagesse éternelle a accomplis comme l’œuvre de ses œuvres, et le mystère de ses mystères, lequel va bénissant par sa présence, remplissant par sa grandeur, régissant par sa puissance et sanctifiant par ses influences, et le ciel et la terre. Nous voyons l’unité de Dieu comme empreinte en l’unité de ce mystère et gravée en cette œuvre comme dans un diamant précieux. Nous voyons que Dieu, dans ce monde où il y a plusieurs natures capables de sa grandeur, n’en choisit qu’une et, délaissant la nature angélique, fait choix de la nature humaine pour l’unir à soi. Nous voyons que, dans l’étendue du genre humain où il y a plusieurs sujets, il n’en choisit qu’un, et qu’entre les enfants des hommes, il n’y a qu’un fils de l’homme qui soit Fils de Dieu. Nous voyons qu’en Dieu même, où il y a en unité d’essence pluralité de Personnes, il n’y a qu’une Personne qui se soit incarnée, bien que le Père et le Saint Esprit soient également puissants à accomplir une semblable communication de leur subsistance divine. Et ainsi, ce n’est plus seulement l’unité d’un monde, comme auparavant en la création, mais c’est l’unité même d’une Personne divine et incréée qui honore en ce chef d’œuvre de l’Incarnation l’unité de Dieu.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...