Lundi 5ème semaine du T.O.

Lundi, 11 Février 2019

L’homme moderne et la vie spirituelle de Max THURIAN

Au temps où saint Paul écrit, l’Eglise de Corinthe est divisée en partis, en tendances divergentes ; il veut engager les fidèles à renoncer à ces luttes stériles. Les théologies, les traditions qui s’affrontent doivent retrouver leur sens, leur but, leur unité, dans un service commun à la gloire du Christ. Qu’on fasse une trêve entre les partis ecclésiastiques pour s’engager tous avec enthousiasme et passion dans la course sportive de la vie chrétienne. A quoi nous sert-il de nous regarder et de nous juger, de nous critiquer les uns les autres, alors qu’il s’agit de regarder au but, le Christ, de nous laisser juger et critiquer par lui ? L’exhortation de saint Paul n’atteint pas que l’Eglise de Corinthe, elle nous atteint aussi, elle atteint nos Eglises divisées et rivales, nos partis théologiques, nos tendances spirituelles. Certes il y a plusieurs chemins vers l’unité, mais il en est un à la portée de chaque chrétien, c’est celui qui est évoqué ici par l’apôtre : la voie de l’émulation spirituelle. Il est un jeu, une lutte, une course qui peut réaliser notre unité : l’engagement dans la discipline spirituelle, dans l’ascèse chrétienne, dans le combat de la prière.
Le Seigneur, les apôtres, l’Eglise ont donné le départ. Il ne faut pas piétiner mais courir avec la seule préoccupation du but : Jésus-Christ qui nous attend. Que de temps nous perdons à nous contempler nous-mêmes, à satisfaire notre égoïsme ou notre orgueil, à nous satisfaire dans les luttes mesquines de notre amour-propre. Nous sommes attentifs aux réactions des autres pour nourrir notre susceptibilité. Et tout cela ne sert à rien, car c’est une projection de notre drame intérieur sur les autres que nous n’arrivons plus à aimer simplement. Nous sommes comme un coureur qui regarderait le public massé au long du stade, pour quêter un encouragement ou déplorer le manque d’enthousiasme. Un tel coureur est perdu dans la course, il sera dépassé et ne gagnera pas. Nous pouvons tous gagner si nous ne visons que le but pour courir ensemble à Jésus-Christ.
Seul un engagement total peut nous arracher peu à peu aux mille attraits de ce monde où nous ralentissons notre course. Cet engagement, cette consécration au service du Christ exige des sacrifices et une discipline. Nous ne pouvons gagner la course qu’en simplifiant notre vie et en nous entraînant par des exercices spirituels.

 

Lecture d'un autre jour à partir du calendrier liturgique...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à notre politique de confidentialité